par Thibaut Emme

Routes à 80 km/h : Claude Got est (forcément) pour

On en attendait pas moins du Professeur Got, spécialiste de l'accidentologie, mais surtout farouche pourfendeur de "l'insécurité routière".

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Né en 1936, le professeur Got est diplômé de la Faculté de médecine de Paris (Spécialiste d'anatomie et de cytologie pathologiques) en 1965. Après une carrière de plus de 30 ans entre en "anapath" (*), il s'érige en spécialiste des accidents auprès de différents gouvernements.

Très écouté du côté de la Sécurité Routière, mais aussi décrié, il vient de donner son avis dans le Journal du Dimanche (JDD). A partir de la base officielle des accidents de 2012 à 2015, Got a calculé le ratio du nombre de morts pour un million d'habitants. Il en ressort, selon lui, que ce ratio est plus élevé dans les départements ruraux, peu denses.

En conséquence, le Pr. Got explique : "Dans ces zones où les services publics disparaissent, les gens circulent beaucoup. Ils font parfois de longs trajets pour gagner la préfecture ou aller chez le médecin. Des facteurs démographiques et géographiques expliquent donc ce taux élevé".

Il prend même le contre-pied des Présidents des départements qui sont contre le 80 km/h généralisé. Ils voudraient identifier des tronçons dangereux pour que eux seuls passent à 80 km/h. En effet, selon lui : "Les belles départementales droites, qui ont été largement rénovées, sont plus dangereuses que celles tortueuses en montagne. C'est pour cela qu'il faut imposer le 80 partout. Et, pas seulement sur les routes qui donnent un ressenti de danger".

Taquin, il ajoute : "Ces mêmes élus accros à la limitation à 90 km/h ont, de leur plein gré, parsemé les rues de zones limitées à 30 km/h".

L'étude de Claude Got est-elle pertinente ?

L'étude part des données BAAC du Ministère de l'Intérieur. Les Bordereaux d'Analyse des Accidents Corporels sont factuels. En revanche, l'interprétation que l'on en fait peut être sujet à caution.

Par exemple, ici, Claude Got prend le nombre de tués hors agglomération, divisé par la population. Ainsi, dans un département dense avec de grosses villes (Lille, Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse, etc.), il y a beaucoup d'habitants. Mais, le réseau routier "hors agglomération" n'est pas plus dense ni important. Il est souvent limité (inter-urbain).

A l'inverse, les départements ruraux sont souvent des départements sans, ou avec peu d'autoroutes urbaines. Mais les gens doivent faire des kilomètres, rien que pour le travail. Forcément, ici, le ratio va augmenter.

L'exemple de l'Ile de France est flagrant. Beaucoup de monde, des transports en commun pour les trajets du quotidien, etc. Evidemment, les départements se retrouvent dans les meilleurs au niveau du ratio morts/1 million d'habitants. Enfin, l'enquête ne tient visiblement pas compte du type de route "hors agglomération". Un mort sur une nationale 2x2 voies sera compté de la même manière qu'un sur une 2 voies à 90 km/h. Pire, Claude Got ne tient pas compte de la vitesse limite de la route sur laquelle est survenu l'accident.

Pour que l'enquête de Claude Got soit pertinente, il faudrait surtout regarder le nombre de morts sur les routes secondaires à 2 voies sans séparateur, rapportés au nombre de kilomètres parcourus sur ces voies. Mais ce chiffre est plus dur à calculer et ne va pas forcément dans le sens voulu par le boss de "sécurité-routère.org".

(*) Anatomie Pathologique

Illustration : Campagne officielle du passage à 80 km/h

Pour résumer

On en attendait pas moins du Professeur Got, spécialiste de l'accidentologie, mais surtout farouche pourfendeur de "l'insécurité routière".

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.