par Elisabeth Studer

Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler

Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler, vieux déjà de 10 ans. Selon son patron, Jean-Dominique Senard, le constructeur automobile devrait pour cela annoncer prochainement “une étape supplémentaire” dans le rapprochement amorcé. Objectif affiché : optimiser les synergies entre les deux constructeurs à un moment charnière pour le groupe industriel français dans la tourmente.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Etape supplémentaire dans l’alliance Renault - Daimler

« Nous travaillons ensemble déjà beaucoup  […] On va continuer et on va trouver des chemins – j’espère dans quelques semaines – pour annoncer avec Daimler une étape supplémentaire dans l’alliance », a déclaré Jean-Dominique Senard, président de Renault, sur BFM Business.

Ne fournissant toutefois aucun détail supplémentaire sur les teneurs de ce nouveau projet mais ajoutant qu’une alliance capitalistique n’était “pas nécessaire”.

Même son de cloche il y a quelques jours, le patron de Renault indiquant alors que ses relations avec la direction de Daimler étaient « très bonnes ». Ajoutant même qu’elles étaient en train de se renforcer mais qu’il était encore « un peu tôt » pour qu’il puisse s’exprimer en détail sur le sujet. Espérant pouvoir « faire des annonces plus précises dans quelques semaines."

Rumeurs de fin de partenariat en avril 2019

En avril 2019, pourtant le journal allemand Manager Magazin affirmait - sans toutefois citer ses sources - que Daimler envisageait très sérieusement de ne pas renouveler son partenariat avec Renault-Nissan. Cette hypothétique décision s’inscrivant dans une stratégie plus globale, menée dans le cadre d’un vaste plan dont l’objectif était alors de réaliser d’ici 2021 six milliards d’euros d’économies au sein de la division Mercedes-Benz et deux milliards dans la division poids-lourds Daimler Trucks. Une nouvelle politique qui correspondait à l’arrivée de Ola Källenius à la tête du constructeur.

Selon Manager Magazin, Ola Källenius ne souhaitait pas à cette date renouveler ses projets communs avec Renault et Nissan, mettant ainsi fin à une alliance entre les constructeurs.

Collaboration au niveau moteurs

Le partenariat entre Renault et Mercedes est basé sur un partage de plates-formes et de moteurs. En ce qui concerne la motorisation, leur collaboration est notamment active via le co-développement entre Renault, Nissan et Daimler d’un moteur essence turbo à injection directe de 1,3 litre installé sur la Renault Mégane ou la Mercedes Classe A.

Depuis septembre 2012, Renault vend à Mercedes ses moteurs diesel 1,5 litre dCi produits à l'usine de Valladolid pour les Classe A, Classe B, CLA et GLA du constructeur allemand.

Depuis 2014, le constructeur français fournit également le moteur 1,6 litre dCi, fabriqué à Cléon (Seine-Maritime) pour les moteurs diesel d'entrée de gamme de la Classe C.

Partage de plates-formes

Rappelons également que les Infiniti Q30 et QX30 sont construits sur une plate-forme Mercedes.

Les deux entreprises collaborent également dans le domaine des véhicules utilitaires : Renault fabrique ainsi les fourgonnettes Mercedes Citan dans l'usine de Maubeuge.

Le pick-up Mercedes-Benz classe X est basé quant à lui sur le Nissan Navara / NP300. Renault construit pour sa part la smart ForFour en Slovénie à l'heure actuelle.

Les constructeurs ont une usine commune pour les voitures compactes Mercedes et Infiniti à Aguascalientes, au Mexique.

Notre avis, par leblogauto.com

Alors qu’on aurait pu s’attendre à des annonces au sein de l’Alliance avec un grand A … celle établie entre Renault et Nissan, c’est au sujet de la collaboration entre le groupe automobile français et l’allemand Daimler que Jean-Dominique Senard a souhaité s’exprimer. Tout un symbole ?

Sources : Reuters, BFM Business

Pour résumer

Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler, vieux déjà de 10 ans. Selon son patron, Jean-Dominique Senard, le constructeur automobile devrait pour cela annoncer prochainement “une étape supplémentaire” dans le rapprochement amorcé. Objectif affiché : optimiser les synergies entre les deux constructeurs à un moment charnière pour le groupe industriel français dans la tourmente.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.