par Thibaut Emme

Renault : 512 millions d'euros de provision dus à l'Iran

Renault était l'un des derniers constructeurs à continuer ses activités en Iran malgré les sanctions internationales contre ce pays. Sauf que depuis le 1er juillet ces sanctions ont été étendues au secteur automobile et Renault en pâtit.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Un arrêt imposé par les Etats-Unis

"Le président Obama a donné l'ordre de cesser l'activité en Iran" ironise Carlos Tavares, le Directeur Général de Renault. Les entreprises qui ne respecteraient pas ce blocus se verraient alors dans l'impossibilité de faire du commerce avec les USA qui sont un énorme marché (qui est de nouveau en croissance NDLR) pour Nissan le partenaire de Renault.

Tavares ajoute : "Nous sommes dans une phase de réduction d’activité. On a arrêté à la source mais il y a des pièces dans le tuyau". Cela permettra de continuer un temps l'assemblage des véhicules et Renault a entamé des négociations pour pouvoir reprendre les livraisons de pièces. "Des  discussions diplomatiques ont lieu d'Etat à Etat entre la France et les Etats-Unis".

832 millions d'euros de charges exceptionnelles

Toutefois par mesure de précaution, le constructeur au losange a provisionné 512 millions d'euros ce qui n'est pas sans conséquence sur les comptes du constructeur pour le premier semestre 2013. A ces 512 millions d'euros s'ajoutent 227 autres millions provisionnés suite à la quasi-faillite de l'Israélien Better Place mais également 173 millions d'euros dus à la situation du marché européen et la production française qui se restructure (accord de compétitivité).

Mais Renault continue d'améliorer sa marge opérationnelle ainsi que son flux de trésorerie (le fameux "free cash flow" si cher à Carlos Ghosn) et maintient ses objectifs pour l'année. PSA Peugeot Citroën avait déjà connu pareil déconvenue avec l'Iran l'an passé et son retrait anticipé (avant l'obligation légale de le faire) avait fait couler beaucoup d'encre, certains parlant de pressions de la part de General Motors.

Renault, tout comme PSA est un acteur historique en Iran. Renault y vend principalement des Tondar (photo), la Dacia Logan première du nom avec un badge Renault sur la calandre. Environ 100 000 Renault sont écoulées chaque année en Iran. PSA pour sa part vendait plus de 300 000 véhicule avant l'arrêt en 2012. Un énorme manque à gagner pour nos constructeurs nationaux quand les grands constructeurs américains, absents de l'Iran ne sont pas impactés.

Source : Renault, La Tribune, Libération, Photo : Renault (Tondar)

Pour résumer

Renault était l'un des derniers constructeurs à continuer ses activités en Iran malgré les sanctions internationales contre ce pays. Sauf que depuis le 1er juillet ces sanctions ont été étendues au secteur automobile et Renault en pâtit.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.