par Elisabeth Studer

Régulateur de vitesse:Renault entendu comme témoin

Le problème vient de manière récurrente hanter l'image de Renault, d'énormes responsabilités et conséquences financières étant en jeu.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Le problème vient de manière récurrente hanter l'image de Renault, d'énormes responsabilités et conséquences financières étant en jeu.

Le constructeur automobile a été entendu comme témoin assisté dans le cadre d'un accident mortel survenu en août 2004 dans le Loiret et qui serait dû, selon le conducteur à l’origine de la collision, à un dysfonctionnement du régulateur de vitesse de sa voiture.

Un ingénieur de chez Renault a été entendu à deux reprises par le juge d'instruction chargé de l'affaire, a indiqué Me Jérôme Wedrychowski, avocat d'Orléans, conseil des parents de la victime, confirmant une information donnée lundi par la radio Europe 1.

L'ingénieur a expliqué en substance que le système de frein n'avait pas de lien avec le système informatique susceptible de commander certains éléments du moteur et que plusieurs niveaux de sécurité existaient, selon lui.

Le 3 août 2004, un automobiliste de 22 ans avait été tué dans une collision sur l'A10, à hauteur de Gidy (Loiret). Stoppée dans un bouchon provoqué par un premier accident, sa voiture est violemment heurtée par un Renault Espace.

Le conducteur de l'Espace indemne, avait alors affirmé qu'il n'avait pu "désactiver le régulateur de vitesse bloqué à 130 km/h". Il avait été mis à la suite en examen pour homicide involontaire et défaut de maîtrise de son véhicule. Dans le même temps, le magistrat instructeur a désigné un expert en vue d'élucider les causes de la collision.

Dans un rapport d'une soixantaine de pages, l'expert n'occulte pas une part de responsabilité chez l'automobiliste, auquel il reproche d'avoir freiné trop tard, et s'interroge sur la fiabilité du système électronique.

"L'expert n'a trouvé aucune défaillance du système de freinage, ni aucune défaillance du système informatique", a précisé Me Wedrychowski, pour qui "il n'y a des reproches à faire qu'au conducteur". "Je ne crois pas que la société Renault sera mise en examen. Il est grand temps de clôturer le dossier", a-t-il ajouté. L'avocat de l'automobiliste mis en cause n'a pas souhaité faire de déclaration lundi.

Dans le cadre d'une instruction judiciaire de ce type, il est normal que le constructeur soit entendu, a souligné Renault pour sa part en vue d'expliquer l'audition d'un de ses ingénieurs.

Chez le constructeur, on met en avant le fait que, sur les plaintes d'automobilistes ayant à ce jour débouché sur des procédures judiciaires, toutes celles qui se sont achevées ont conclu à l'absence de défaillance des régulateurs et de responsabilité de la part de Renault. "Les dysfonctionnements électroniques évoqués par les conducteurs n'ont pu être démontrés ", précise-t-on chez le constructeur, en assurant que même dans l'hypothèse d'une défaillance d'un régulateur de vitesse, on peut toujours s'arrêter.

Pour le constructeur, il s'agirait plutôt d'un problème d'utilisation, de perte des moyens dans un cas où un conducteur est placé dans une situation d'urgence. Et de rappeler que lors de la dernière expertise judiciaire qui a eu lieu, il a été constaté que l'utilisateur n'avait pas une bonne connaissance du fonctionnement de sa voiture.

Sources : AFP, LCI

Lire également :

. Renault contrôle les ondes

. Renault, régulateurs de vitesse. Encore et encore…

. Régulateurs Renault: Victimes united

. Régulateurs de vitesse… l’avis de Renault

Pour résumer

Le problème vient de manière récurrente hanter l'image de Renault, d'énormes responsabilités et conséquences financières étant en jeu.

Elisabeth Studer
Rédacteur
Elisabeth Studer

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.