par Frederic Papkoff

Quel avenir pour Saab ?

Alors que sur le carreau. GM a en effet indiqué ne plus souhaiter être lié au constructeur suédois, et a menacé de déclarer sa filiale en faillite avant la fin du mois…

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Alors que GM doit prouver sa capacité à se redresser, la marque Saab se retrouve plus ou moins sur le carreau. GM a en effet indiqué ne plus souhaiter être lié au constructeur suédois, et a menacé de déclarer sa filiale en faillite avant la fin du mois…

En 1990, GM rachète 50% de Saab, puis 50% en 2000, faisant naître des espoirs de gamme élargie, de nouveaux modèles…  Depuis près de 20 ans, cet espoir est déçu, la gamme ne comportant à ce jour que deux modèles, comme lors du rachat par GM. Depuis des années, on espère voir venir coupés, modèles plus compacts, SUVs, renouvellement plus rapide de la gamme sont remis en cause…

Dans son plan de restructuration, GM compte purement et simplement abandonner Saab à la fin de l’année. Désireux d’obtenir une aide du gouvernement Suédois de façon rapide, GM a également joué la carte du chantage, en menaçant de placer le second constructeur du pays en faillite d’ici à la fin du mois…

Mais du coté du gouvernement, on reste inflexible. Maud Olofsson, ministre de l’industrie, a ainsi déclaré « L'Etat suédois n'est pas prêt à acquérir des usines automobiles. Nous ne jouons pas au Monopoly, et les contribuables suédois n'ont pas demandé de devenir propriétaire d'usines. Les électeurs m'ont choisi parce qu'ils veulent des crèches, des hôpitaux et des policiers. Pas pour acheter des constructeurs automobiles qui font des pertes » (Peut être veulent-ils aussi un emploi). Le gouvernement est juste prêt à accorder une garantie sur des prêts auprès de la Banque Européenne d’investissement (BEI) à hauteur de 5 milliards de couronnes (450 millions d’euros). Une proposition qui ne suffit pas à GM qui veux du cash, et tout de suite...

La perspective d’un repreneur n’est pas meilleure. En effet, Saab vend non seulement une marque, une usine et un bureau d’études. Avec les problèmes de financement et de surcapacités, personne ne souhaite investir dans une usine supplémentaire.

Pour résumer

Alors que sur le carreau. GM a en effet indiqué ne plus souhaiter être lié au constructeur suédois, et a menacé de déclarer sa filiale en faillite avant la fin du mois…

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.