par Joest Jonathan Ouaknine

Qoros: Chery perd son procès face à Malcolm Bricklin

La cour de justice de Detroit a tranché: Qoros.Résumé des épisodes précédents

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

La cour de justice de Detroit a tranché: Chery devra payer 2 millions de dollars (1,5 millions d'euros) à la V Cars de Malcolm Bricklin. En cause, les agissements de Dennis Gore, ex-bras droit de Bricklin et consultant pour Qoros.Résumé des épisodes précédents

Malcolm Bricklin est un personnage hauts en couleur. Un adepte des "petites phrases" et "marketing coup de poing". C'est un entrepreneur visionnaire pour les uns ou un spécialiste en coups foireux pour les autres.

Ce Canadien débute par l'importation de scooters Fuji Rabbit. Au début des années 50, Fuji décide de se lancer dans l'automobile, sous la marque Subaru. Bricklin s'improvise importateur Subaru pour l'Amérique du Nord. Dans les années 70, il tente de devenir constructeur avec son coupé "sécuritaire". Puis, dans les années 80, il importe les Yugo aux Etats-Unis. Autant de projets qui font long feu.

Alors qu'on l'a oublié, il revient au tournant du XXIe siècle avec un projet de retour de Yugo aux Etats-Unis!

En 2004, nouvelle facétie: Bricklin va vendre des voitures Chinoises! Son partenaire est Chery. Ce n'est alors qu'un modeste constructeur, qui produit quelques dizaines de milliers d'Amulet/Fulwin (Seat Toledo dégriffée) et de QQ (Deawoo Matiz clonée) par an.

Comme Chery est tout petit, Bricklin pense avoir les coudées franches. Il les rebaptise "Visionnary Vehicle" (Chery étant trop proche de "Chevy".) Puis il demande aux meilleurs designers (Bertone, Giugiaro et Pininfarina) de lui créer une gamme. Il annonce qu'il vendra 150 000 véhicules sur le sol US à l'horizon 2007!

Très vite, les problèmes apparaissent. Chery part de très loin en terme de motorisation, de sécurité, de pollution, etc. Mettre ses véhicules aux normes coute cher. Or, les finances de Bricklin sont limitées.

En plus, avec le buzz autour du constructeur, GM et VW se sont réveillés. Voilà Chery poursuivi pour contrefaçon.

Plus généralement, personne ne veut être l'adjoint de l'autre!

Les retards s'accumulent et l'arrivée des voitures semblent de plus en plus hypothétique... En 2006, c'est le divorce. Bricklin prétend qu'il ira faire fabriquer ses voitures par un autre!

Sa grossière erreur est d'avoir laissé les plans chez Chery, sans en garder la propriété intellectuelle. Ainsi, le constructeur n'hésite pas à produire lui-même les ex-futures Visionnary Vehicle, telle cette A1/Face:

Le deuxième projet Visionnary Vehicle (alias V Cars) est mort-né. L'industrie chinoise est trop développée pour se mettre à la botte d'un excentrique gweilo!

Bricklin rappelle néanmoins à Chery qu'il est le seul à avoir le droit de vendre ses voitures sur le sol US. Le constructeur préfère jouer la montre. On les soupçonne d'attendre la disparition physique de l’octogénaire...

Après bien des péripéties, Chery s'associe avec Israel Corp pour créer Qoros, un projet haut de gamme. Or, dans l'organigramme de Qoros, on retrouve Dennis Gore, ex-bras droit de Bricklin à l'heure de Visionnary Vehicle. Il est présent via sa société KCA Engineering.

Le procès

Pour Bricklin, tout est limpide: lorsqu'il est parti, Gore a emporté des données commerciales, qu'il a revendu à Chery/Qoros. Un tribunal de Detroit lui a donné raison et il a condamné le constructeur chinois. Ce dernier devrait néanmoins faire appel.

Du côté de V Cars, on se félicite. L'idée étant de créer une jurisprudence et démontrer chez Chery a fauté sur toute la ligne. Sachant que la justice américaine n'aime pas les fraudeurs et qu'il a généralement la main lourde sur les indemnités. Bricklin rêve ainsi de se faire rembourser le 26 millions de dollars (20 millions d'euros) qu'il a investi, voir les 1,1 milliards de dollars (800 millions de dollars) de profits escomptés.

Pour Chery, c'est une énième mauvaise nouvelle. Pendant de longues années, il semble flotter au-dessus de la mêlée, loin des remous qui secouent Byd ou Geely.

Chery est piloté par deux fonds d'investissement, lesquels appartiennent à la province d'Anhui. Dans les faits, Anhui décide de l'organigramme et des orientations de Chery. Pour le meilleur et pour le pire. Depuis la fin de l'année 2012, on parle d'une panne de cash-flow. S'y ajoute ensuite des rumeurs de licenciement et de concessionnaires qui claquent la porte. En cause, des ventes qui plafonnent. La berline Arrizo7 et le futur SUV Tiggo, très attendus, se font désirer.

Faut-il y voir la fin de l'hégémonie de Chery?

Source:

China Car Times

Crédits photos: Qoros (photos 1, 5 et 6), Subaru (photo 2), Chery (photos 3, 4 et 7)

A lire également:

Shanghai 2013 Live: Chery

Pour résumer

La cour de justice de Detroit a tranché: Qoros.Résumé des épisodes précédents

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.