par Thibaut Emme

La production automobile en France au niveau de 2011

2,226 millions de véhicules produits en France en 2017. Voilà le bilan annoncé par Les Echos.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Les niveaux d'avant-crise

Selon des données compilées par IHS Markit, la production hexagonale augmente de 7 % par rapport à 2016. Avec 2,226 millions de véhicules, la production française retrouve à quelques milliers d'unités près le niveau de 2011 (2,23 millions NDLA).

2011 fut la dernière année récente de "grosse" production avant que les effets de la crise de 2008 ne passent par là. Les primes à la casse avaient maintenu artificiellement la production, avant un effondrement. En 2013, ce ne furent que 1,74 million de véhicules de produits sur le territoire. On est donc à +28% par rapport à ce plus bas.

Depuis, les groupes automobiles ont passé des accords "de compétitivité" et certaines usines moribondes retrouvent des couleurs. Ainsi, PSA voit sa production française bondir de 12% en un an. 1,13 million de véhicules sont sortis des différentes usines. Chez Renault, grâce aux synergies de l'Alliance (la Nissan Micra assemblée à Flins par exemple), la production augmente de 5% à 779 000 unités.

- 34% par rapport à 2001

De quoi se réjouir, mais tout de même. La production des deux groupes français est largement partie à l'étranger durant les années 2000. Ainsi, au début de ce siècle, la production nationale atteignait les 3,5 millions de véhicules ! Et la venue de Toyota n'a pas rattrapé cette perte de production.

Heureusement, cette dernière est "sauvée" par la mode des CUV et des finitions hautes. En effet, si PSA affiche une belle santé financière, mais aussi sur sa production française (1/3 de sa production totale NDLA), il peut dire merci au 3008 et 5008. Du côté de Renault, le Kadjar est assemblé à Palencia en Espagne, le Koleos est carrément assemblé à Busan en Corée du Sud, avant d'arriver par bateau au port de Le Havre (*).

La production française rebondit grâce également à la stratégie qui consiste à re-nationaliser les productions à "forte marge". Ainsi, un modèle en finition de base sera fait hors de France, et la finition haut de gamme chez nous. Les utilitaires ont été aussi relocalisés et alimentent les usines.

Vers une stabilisation ?

La production française devrait continuer d'augmenter les prochaines années. Toyota vient d'annoncer un investissement dans son usine d'Onnaing (Nord). +70 000 unités annuelles sont prévues pour 2020. Chez PSA, un nouveau SUV compact Citroën doit apporter plus de 70 000 unités/an.

Mais il est illusoire de penser que la production remontera au-dessus de 2,5 millions. Pire, selon IHS Markit qui a mené l'étude pour Les Echos, la production française devrait se tasser un peu au-dessus de 2 millions de véhicules par an. Pas de quoi rassurer les ouvriers des usines françaises.

Quelle place pour la France en Europe ?

En Europe, la production a longtemps été dominée par l'Angleterre qui s'en octroyait 50% dans les années 50. Elle fut très rapidement débordée par l'Allemagne dans les années 60 puis a dégringolé dans le classement. L'Italie, un temps 3ème derrière l'Allemagne et la France a, elle aussi, chuté. Elle est même désormais au-delà de la 10ème place derrière des pays "sans passé" automobile.

Désormais, la production européenne est pour un peu plus d'un tiers faites en Allemagne, suivi par l'Espagne qui a attiré les constructeurs avec des accords de compétitivité très favorables. La France est 3ème avec un peu plus de 10% de la production continentale. Mais, l'Angleterre n'est pas loin.

(*) Concernant le Koleos, il faut savoir que les moteurs sont fabriqués en France, avant d'être expédiés par la mer en Corée du Sud, et d'y rejoindre la transmission CVT qui vient d'une usine Nissan !

Illustration : PSA

Pour résumer

2,226 millions de véhicules produits en France en 2017. Voilà le bilan annoncé par Les Echos.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.