par La rédaction

Paris 2012 live : Porsche Cayenne S Diesel

Après que le constructeur à l'hélice a dégainé les X5 M50d et X6 M50d, tous deux animés par le six cylindres diesel 3,0 l suralimenté par trois turbos (381 ch et 740 Nm), Porsche ne pouvait décemment laisser le seul Cayenne diesel en V6 à son catalogue. Et de dégoupiller le S Diesel garant d'un agrément mécanique encore plus conséquent. Jusqu'ici le Cayenne en diesel devait se satisfaire d'un V6 3,0 l délivrant 245 ch. Insuffisant. Le SUV de Zuffenhausen pioche donc dans la banque d'organes du large groupe VW pour hériter du V8 4.2 TDI dans une exécution de 382 ch et 850 Nm. Alors, c'est qui le patron ?

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Après que le constructeur à l'hélice a dégainé les X5 M50d et X6 M50d, tous deux animés par le six cylindres diesel 3,0 l suralimenté par trois turbos (381 ch et 740 Nm), Porsche ne pouvait décemment laisser le seul Cayenne diesel en V6 à son catalogue. Et de dégoupiller le S Diesel garant d'un agrément mécanique encore plus conséquent. Jusqu'ici le Cayenne en diesel devait se satisfaire d'un V6 3,0 l délivrant 245 ch. Insuffisant. Le SUV de Zuffenhausen pioche donc dans la banque d'organes du large groupe VW pour hériter du V8 4.2 TDI dans une exécution de 382 ch et 850 Nm. Alors, c'est qui le patron ?

Cette version du SUV ne demanderait que 8,3 l/100 km (218 g/km de CO2) pour des performances pas anémiques pour un sou avec 252 km/h en vitesse de pointe et 5,7 s pour s'affranchir du 0 à 100 km/h. Et donc de toiser quelque peu alors le BMW X5 M50d.

Plus loin, le Porsche Cayenne S Diesel se veut exactement le jumeau esthétiquement parlant au Cayenne S essence à l'exception faite du logo Diesel  et Cayenne S. Nul doute que cette version plus généreuse en agrément mécanique devrait comme son petit frère s'arracher.

A lire également. Paris 2012 : Porsche Cayenne S Diesel.

Source : Porsche.

Crédit illustrations : le blog auto.

Pour résumer

Après que le constructeur à l'hélice a dégainé les X5 M50d et X6 M50d, tous deux animés par le six cylindres diesel 3,0 l suralimenté par trois turbos (381 ch et 740 Nm), Porsche ne pouvait décemment laisser le seul Cayenne diesel en V6 à son catalogue. Et de dégoupiller le S Diesel garant d'un agrément mécanique encore plus conséquent. Jusqu'ici le Cayenne en diesel devait se satisfaire d'un V6 3,0 l délivrant 245 ch. Insuffisant. Le SUV de Zuffenhausen pioche donc dans la banque d'organes du large groupe VW pour hériter du V8 4.2 TDI dans une exécution de 382 ch et 850 Nm. Alors, c'est qui le patron ?

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.