par Frederic Papkoff

Opel Insignia OPC, aussi en break

Depuis plusieurs années, Opel n'a pas été avare en déclinaisons OPC de ses modèles. Quitte à réaliser une version sportive d'un modèle, autant en profiter pour le faire sur plusieurs carrosseries. Suivant cet adage,en version break Sports Tourer.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Depuis plusieurs années, Opel n'a pas été avare en déclinaisons OPC de ses modèles. Quitte à réaliser une version sportive d'un modèle, autant en profiter pour le faire sur plusieurs carrosseries. Suivant cet adage, l'Insignia OPC sera également proposée en version break Sports Tourer.

Comme la berline, le break récupère donc le V6 2.8 turbocompressé développant 325 ch et 435 Nm, associé à une boîte manuelle à six rapports, et à la transmission intégrale. Il perd quelques plumes en performances, avec un 0 à 100 en 6"3, contre 5"8 officiellement annoncés pour la berline. La vitesse maxi reste limitée à 250 km/h.

Coté style, on retrouve exactement les mêmes ingrédients, en toute logique : face avant, jantes 19 ou 20", intégration des échappements dans le bouclier arrière… Idem pour le châssis, avec amortissement piloté FlexRide, suspension avant spécifique HiPerStrut, etc… Bien entendu, elle deviendra Vauxhall Insignia VXR outre-Manche.

Le break aura bénéficié de l'expérience acquise par les tests intensifs menés par Opel sur le Nürburgring… En effet, l'exemplaire d'essai y a accompli au total 487 tours, soit 10.145 km, 27.000 changements de rapport et 35.551 virages…

Source : Opel

194311194271194274194277194280194283194286194314194317194295

Pour résumer

Depuis plusieurs années, Opel n'a pas été avare en déclinaisons OPC de ses modèles. Quitte à réaliser une version sportive d'un modèle, autant en profiter pour le faire sur plusieurs carrosseries. Suivant cet adage,en version break Sports Tourer.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.