par Thibaut Emme

Nissan va-t-il vendre ses parts dans Mitsubishi ?

Selon Bloomberg, Nissan serait en train d'explorer différentes pistes pour vendre tout ou partie de ses 34% dans Mitsubishi. L'Alliance craque-t-elle ou se recentre-t-elle ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

La prise de participation de Nissan dans Mitsubishi début 2016 devait étendre l'Alliance Renault-Nissan pour renforcer les partenariats techniques et amortir les développements sur plus de véhicules vendus. Elément de l'œuvre de Carlos Ghosn à la tête de l'Alliance, cette participation de 34% serait en péril selon l'agence Bloomberg.

La raison de cette vente serait en partie la pandémie à la Covid-19 qui touche fortement le secteur automobile et le touchera encore longtemps. Il y a peu, le nouveau DG du groupe Renault, Luca de Meo a indiqué que les économies de plusieurs milliards d'euros ne seraient sans doute pas suffisantes pour redresser rapidement la barre. La vente des 34% pourrait donc participer à renflouer les caisses, mais aussi à supprimer certains coûts structurels, quitte à moins vendre de voitures dans le monde.

Pour autant, Nissan comme Renault nient cette volonté de sortir de Mitsubishi. Bloomberg se fait d'ailleurs l'écho de ces dénégations.

Notre avis, par leblogauto.com

Est-ce que l'une des dernières pierres apportées par Carlos Ghosn à l'édifice Alliance va tomber ? On sait que Nissan comme Renault a besoin d'argent. Vendre une participation dans le constructeur aux diamants pourrait rapporter "un peu". Pour autant quel crédit apporter à ces rumeurs ?

Déjà, il serait surtout étonnant de voir la structure de l'Alliance être modifiée alors que les rôles de chacun ont été redéfinis selon la doctrine "meneur-suiveur" (ou leader-follower) avec un rôle précis pour Mitsubishi. Mais, en outre, le cours de bourse de Mitsubishi est à 1,7 € environ, en baisse constante depuis un plus haut local à 7 € en juillet 2018. En mai 2016, quand Nissan rachète les 34% de Mitsubishi, le cours était à à 8 €, avant de plonger sur des rumeurs de fraudes et le rachat par Nissan à 4 €/action environ.

Pour Nissan ce serait donc une sacrée moins-value, mais surtout une rentrée d'argent plutôt limitée. Au cours du jour, cela serait environ 800 millions d'euros. Mais, cela obligerait Nissan à passer des dépréciations conséquentes. Une décision qui semble n'avoir ainsi ni queue ni tête.

Si on ajoute que Nissan vient de publier un bilan du 3e trimestre qui affiche 20 milliards d'euros de "trésorerie", on voit mal Nissan sortir comme cela de Mitsubishi. Pour autant, Bloomberg est généralement très bien informée et on peut imaginer une sortie très partielle, au profit de Mitsubishi Corp pour un Mitsubishi qui resterait au sein de l'Alliance, mais un peu plus indépendant.

La trésorerie de Nissan a été reconstituée en émettant deux gros emprunts obligataires de 7,1 milliards d'euros en avril, puis 8 milliards mi-septembre.

Pour résumer

Selon Bloomberg, Nissan serait en train d'explorer différentes pistes pour vendre tout ou partie de ses 34% dans Mitsubishi. L'Alliance craque-t-elle ou se recentre-t-elle ?

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.