par Pierre-Laurent Ribault

Nissan Pino et Suzuki Landy, la valse des étiquettes

Double annonce de nouveaux modèles chez Nissan et Suzuki hier au Japon: la Nissan Pino d'un côté, et le Suzuki Landy de l'autre. Troublante coïncidence: la Nissan Pino est une kei, voiture miniature plus dans les compétences de Suzuki, qui de son côté n'a pas l'habitude des minivans 8 places tels que le Landy... Et pour cause: la Nissan Pino n'est autre que la Suzuki Alto rebadgée, tandis que le Landis est un Nissan Serena avec le S du constructeur d'Hamamatsu collé sur la calandre. Un prêté pour un rendu, et chaque constructeur qui bouche un trou dans sa gamme à moindre frais, comme le prévoit l'accord passé au printemps 2006 (un PACS, disions-nous à l'époque).

Mais le couple est très libéré et n'hésite pas à donner dans les partenaires multiples: la Suzuki Alto est par exemple également vendue par Mazda à peine retouchée sous le nom de Carol, et Suzuki écoule ses modèles sous licence dans nombre de pays émergents, sans parler de la SX4/Fiat Sedici. De son côté, Nissan a une autre Suzuki dans son catalogue japonais, la MR Wagon sous le nom de Moco, ainsi qu'une Mitsubishi eK Wagon vendue sous le nom de Nissan Otti.
Les deux constructeurs ne sont pas les seuls joueurs de bonneteau des marques: Toyota et Daihatsu s'échangent également volontiers des modèles, comme la Daihatsu Boon/Toyota Passo ou la Toyota bB/Daihatsu Coo, jusqu'à la Camry qui devient la Daihatsu Altis. On peut voir également sur les routes japonaises des Ford sous badge Mazda, et des Mazda avec l'ovale bleu... et même jusqu'à il y a peu une Subaru Traviq qui n'était autre que l'Opel Zafira, en attendant la première Suboyota qui ne devrait pas tarder.
Il n'empêche, ce mouvement brownien des badges ne simplifie pas la tâche de l'observateur, qui voit se multiplier les noms et les références dans un marché déjà surabondant en modèles de toutes sortes.
Cela dit, il aurait été dommage de nous priver d'une voiture nommée Pino, tant le potentiel de jeux de mots vaseux est immense. Merci Nissan !

Lire également:
Nissan-Suzuki: le PACS

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Double annonce de nouveaux modèles chez Nissan et Suzuki hier au Japon: la Nissan Pino d'un côté, et le Suzuki Landy de l'autre. Troublante coïncidence: la Nissan Pino est une kei, voiture miniature plus dans les compétences de Suzuki, qui de son côté n'a pas l'habitude des minivans 8 places tels que le Landy... Et pour cause: la Nissan Pino n'est autre que la Suzuki Alto rebadgée, tandis que le Landis est un Nissan Serena avec le S du constructeur d'Hamamatsu collé sur la calandre. Un prêté pour un rendu, et chaque constructeur qui bouche un trou dans sa gamme à moindre frais, comme le prévoit l'accord passé au printemps 2006 (un PACS, disions-nous à l'époque).

Mais le couple est très libéré et n'hésite pas à donner dans les partenaires multiples: la Suzuki Alto est par exemple également vendue par Mazda à peine retouchée sous le nom de Carol, et Suzuki écoule ses modèles sous licence dans nombre de pays émergents, sans parler de la SX4/Fiat Sedici. De son côté, Nissan a une autre Suzuki dans son catalogue japonais, la MR Wagon sous le nom de Moco, ainsi qu'une Mitsubishi eK Wagon vendue sous le nom de Nissan Otti.
Les deux constructeurs ne sont pas les seuls joueurs de bonneteau des marques: Toyota et Daihatsu s'échangent également volontiers des modèles, comme la Daihatsu Boon/Toyota Passo ou la Toyota bB/Daihatsu Coo, jusqu'à la Camry qui devient la Daihatsu Altis. On peut voir également sur les routes japonaises des Ford sous badge Mazda, et des Mazda avec l'ovale bleu... et même jusqu'à il y a peu une Subaru Traviq qui n'était autre que l'Opel Zafira, en attendant la première Suboyota qui ne devrait pas tarder.
Il n'empêche, ce mouvement brownien des badges ne simplifie pas la tâche de l'observateur, qui voit se multiplier les noms et les références dans un marché déjà surabondant en modèles de toutes sortes.
Cela dit, il aurait été dommage de nous priver d'une voiture nommée Pino, tant le potentiel de jeux de mots vaseux est immense. Merci Nissan !

Lire également:
Nissan-Suzuki: le PACS

Pour résumer

Double annonce de nouveaux modèles chez Nissan et Suzuki hier au Japon: la Nissan Pino d'un côté, et le Suzuki Landy de l'autre. Troublante coïncidence: la Nissan Pino est une kei, voiture miniature plus dans les compétences de Suzuki, qui de son côté n'a pas l'habitude des minivans 8 places tels que le Landy... Et pour cause: la Nissan Pino n'est autre que la Suzuki Alto rebadgée, tandis que le Landis est un Nissan Serena avec le S du constructeur d'Hamamatsu collé sur la calandre. Un prêté pour un rendu, et chaque constructeur qui bouche un trou dans sa gamme à moindre frais, comme le prévoit l'accord passé au printemps 2006 (un PACS, disions-nous à l'époque).

Mais le couple est très libéré et n'hésite pas à donner dans les partenaires multiples: la Suzuki Alto est par exemple également vendue par Mazda à peine retouchée sous le nom de Carol, et Suzuki écoule ses modèles sous licence dans nombre de pays émergents, sans parler de la SX4/Fiat Sedici. De son côté, Nissan a une autre Suzuki dans son catalogue japonais, la MR Wagon sous le nom de Moco, ainsi qu'une Mitsubishi eK Wagon vendue sous le nom de Nissan Otti.
Les deux constructeurs ne sont pas les seuls joueurs de bonneteau des marques: Toyota et Daihatsu s'échangent également volontiers des modèles, comme la Daihatsu Boon/Toyota Passo ou la Toyota bB/Daihatsu Coo, jusqu'à la Camry qui devient la Daihatsu Altis. On peut voir également sur les routes japonaises des Ford sous badge Mazda, et des Mazda avec l'ovale bleu... et même jusqu'à il y a peu une Subaru Traviq qui n'était autre que l'Opel Zafira, en attendant la première Suboyota qui ne devrait pas tarder.
Il n'empêche, ce mouvement brownien des badges ne simplifie pas la tâche de l'observateur, qui voit se multiplier les noms et les références dans un marché déjà surabondant en modèles de toutes sortes.
Cela dit, il aurait été dommage de nous priver d'une voiture nommée Pino, tant le potentiel de jeux de mots vaseux est immense. Merci Nissan !

Lire également:
Nissan-Suzuki: le PACS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.