par Thibaut Emme

Le complot contre Carlos Ghosn prouvé par des emails ?

Depuis le début de la rocambolesque affaire Carlos Ghosn, ce dernier clame que l'on a ourdi un complot contre lui chez Nissan. Des mails tendraient à le prouver, mais ils sont à prendre avec des pincettes.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Depuis le début de la rocambolesque affaire Carlos Ghosn, ce dernier clame que l'on a ourdi un complot contre lui chez Nissan. Des mails tendraient à le prouver, mais ils sont à prendre avec des pincettes.

C'est l'agence Bloomberg qui s'est procuré des e-mails échangés au sein de Nissan, depuis février 2018. Ces mails seraient validés par des sources souhaitant rester anonymes. "Les documents et témoignages de personnes proches de ce qui est sorti montrent qu'un groupe puissant interne a vu la détention et l'accusation (de Carlos Ghosn) comme une opportunité de remodeler la relation du constructeur avec son actionnaire principal Renault, en des termes plus favorables à Nissan" écrit Reed Stevenson pour Bloomberg.

Pour rappel, Carlos Ghosn souhaitait pousser l'alliance si loin qu'elle revienne à une fusion de fait. Chez Nissan, cette volonté n'est pas passée auprès de certains dirigeants. Stevenson n'hésite pas à écrire que les témoignages recueillis montrent qu'il y a eu une "campagne méthodique pour évincer un dirigeant puissant". Hari Nada, qui a passé un accord avec les procureurs Japonais contre son témoignage contre Ghosn, serait au centre des discussions. Il aurait écrit à la mi-2018 qu'il fallait "neutraliser ses initiatives (celle de C. Ghosn) avant qu'il ne soit trop tard".

La veille de l'arrestation de Carlos Ghosn à son arrivée au Japon, Nada aurait même produit un mémo à destination de Hiroto Saikawa, le patron de Nissan, pour mettre fin à l'alliance et permettre ainsi à Nissan de racheter des actions de Renault, voire d'en prendre le contrôle. C'est d'ailleurs ce même Hari Nada qui, selon Bloomberg, aurait poussé la communication de Nissan pour enfoncer Ghosn. Et d'expliquer que Nissan doit mettre l'accent sur une campagne médiatique pour détruire la réputation de "CG" (utilisation des initiales dans les mails).

Pour le moment, Nissan dément officiellement la véracité de ces mails. De "faux documents" selon le constructeur circulent au sein des rédactions. "Nous avons été mis au courant que de nombreux documents ont circulé au sein des médias de façons répétées et nous suspectons qu'ils ont été créés de toute pièce ou falsifiés pour laisser penser qu'ils ont été envoyés par des salariés de Nissan".

 Lire également :
 Carlos Ghosn flingue les dirigeants de Nissan

Dans une interview exclusive de Nikkei (sa première depuis son arrestation le 19 novembre 2018), Carlos Ghosn n’hésite pas à parler de complot et de trahison.

L'humiliation du sauvetage par Renault

L'Alliance Renault-Nissan est vécu par certains dirigeants de Nissan comme une humiliation. Malgré le travail effectué par Ghosn (envoyé par Louis Schweitzer patron de Renault pour redresser Nissan) pour ne pas froisser la susceptibilité des dirigeants nippons, certaines rancœurs sont restées enfouies jusqu'à ressortir au premier pas de travers de Ghosn.

Cela s'est renforcé au fil du temps quand Nissan s'est redressé, est devenu finalement plus "puissant" que Renault mais se trouvait toujours sous la coupe du RAMA (le contrat liant les deux partenaires). Renault exerçait son plein contrôle sur Nissan grâce à ses 43% d'actions. A l'inverse, malgré 15% des actions Renault, Nissan n'a pas de droits de vote. La montée au capital de l'Etat Français, et surtout les droits de vote doubles (Loi Florange) a été sans doute la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de la rancœur.

Depuis le nouvel accord de 2019, Nissan a obtenu quelques concessions. Mais très loin de ce que les dirigeants félons de Nissan pensaient obtenir. Serait-ce le terreau pour un prochain complot ourdit cette fois contre l'Alliance ? Mourir seul plutôt que de vivre sauvé par un allié ? Visiblement si l'on en croit Bloomberg, c'est la philosophie d'anciens dirigeants de Nissan. Le texte de Bloomberg in extenso.

Illustration : Nissan

Pour résumer

Depuis le début de la rocambolesque affaire Carlos Ghosn, ce dernier clame que l'on a ourdi un complot contre lui chez Nissan. Des mails tendraient à le prouver, mais ils sont à prendre avec des pincettes.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.