par Thibaut Emme

Arnaud Montebourg condamne-t-il Heuliez ?

Le Ministre du Redressement Productif s'est pourtant fait le chantre de la sauvegarde de certaines industries françaises, mais aujourd'hui il a rajouté un clou sur le cercueil de Heuliez en déclarant que l'entreprise "n'avait pas d'avenir".

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Heuliez n'est pas Florange

Cela va sans doute faire très plaisir aux près de 300 salariés de l'équipementier de Cerizay (Deux-Sèvres) de savoir que même le Ministre ne croit pas en leur survie. Dès lors comment espérer qu'un repreneur se fasse connaitre pour assurer ce qui serait le 4ème plan de sauvetage en 6 ans de l'entreprise qui n'en finit pas d'agoniser. "Ça fait trois fois qu'on a aidé. Nous ne sommes pas là pour mettre des ressources rares dans des entreprises qui n'ont pas d'avenir" déclare A. Montebourg.

Des déclarations qui contrastent évidemment avec celles de la Présidente du Poitou-Charentes, Ségolène Royal. "On n'a pas le droit de laisser tomber Heuliez. Seule la région peut maintenir Heuliez à flot en attendant une éventuelle commande. Il y a un contexte transitoire à aménager. Il faut tenir en attendant" déclarait-elle récemment. Pourtant du coté du Ministre on assure être au diapason avec la Présidente de région.

L'Espagne comme planche de salut ?

Un équipementier espagnol, Cosmos XXI, serait intéressé par la reprise d'Heuliez, à condition d'avoir à la clé des marchés de pièces de rechanges pour financer cette reprise. "L'avenir d'Heuliez ne passe pas aujourd'hui par l'injection de nouveaux fonds de l'Etat, qui a déjà largement soutenu l'entreprise. Il passe par le décrochage de marchés. Ce n'est pas un problème de subvention. C'est un problème de décrochage de marché" ajoute le Ministre.

Pour le moment aucun des trois repreneurs potentiels n'a formulé d'offre ferme au Tribunal de Commerce de Niort qui se donne jusqu'au 30 septembre pour statuer. D'ici là les 280 salariés de Heuliez SAS savent que désormais ils ne peuvent même plus compter sur le soutien et les appuis du Ministère du Redressement Productif.

On rappellera qu'il y a un peu plus d'un an, le Ministre avait usé de son influence pour que la Fonderie Alu d'Ingrandes (Maine-et-Loire) reçoive des commandes fermes de Renault et qu'elle puisse ainsi être rachetée par le groupe Saint-Jean-Industries.

Lire également : Heuliez placé sous redressement judiciaire - Volkswagen comme sauveur ?

Source : AFP via Les Echos, photo : Ministère

Pour résumer

Le Ministre du Redressement Productif s'est pourtant fait le chantre de la sauvegarde de certaines industries françaises, mais aujourd'hui il a rajouté un clou sur le cercueil de Heuliez en déclarant que l'entreprise "n'avait pas d'avenir".

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.