par Pierre-Laurent Ribault

Mitsuoka Orochi : le monstre sacré

Le Japon automobile est en effervescence, et la raison n'en est pas seulement le lancement de la Lexus LS460. Le sujet de cette excitation qui fait la une de tous les sites autos nippons, c'est l'annonce de la première supercar du pays du Soleil Levant depuis la retraite de la Honda NSX, la baroque, la flamboyante Orochi. Rêvée par Mitsuoka, constructeur étrange et merveilleux, l'Orochi a fait sa première apparition publique au Salon de Tokyo 2001, sous la forme d'un coupé à moteur central noir doté d'une aura aussi fascinante que malfaisante, que seule la Maybach Excelero approche.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Le Japon automobile est en effervescence, et la raison n'en est pas seulement le lancement de la Lexus LS460. Le sujet de cette excitation qui fait la une de tous les sites autos nippons, c'est l'annonce de la première supercar du pays du Soleil Levant depuis la retraite de la Honda NSX, la baroque, la flamboyante Orochi. Rêvée par Mitsuoka, constructeur étrange et merveilleux, l'Orochi a fait sa première apparition publique au Salon de Tokyo 2001, sous la forme d'un coupé à moteur central noir doté d'une aura aussi fascinante que malfaisante, que seule la Maybach Excelero approche.

Le nom, Orochi est d'ailleurs celui d'une créature légendaire, un dragon à huit têtes régnant par la terreur sur le Japon naissant et subsistant de façon adéquate d'un régime de vierges sacrificielles. Il sera finalement vaincu par un héros rusé et doté d'un grand katana, qui bien sûr aura la fille à la fin. Je n'invente rien. Il y a les gens qui nomment leurs autos de noms de créatures maléfiques, et il y a les gens qui préfèrent nommer les leurs avec des codes alphanumériques. J'ai choisi mon camp.

Quoiqu'il en soit, depuis sa première apparitiion l'Orochi a continué patiemment sa gestation, changeant de caractéristiques au fur et à mesure, ce qui n'est pas bien grave parce qu'on n'a jamais bien su de quoi il retournait, hormis qu'il s'agissait au départ d'une base de NSX. La dernière mouture au Salon de Tokyo 2005 avait même perdu son toit et viré au blanc "Elvis époque Vegas", mais c'est un coupé mauve profond, et homologué, qui a refait son apparition cette semaine à Tokyo, équipé d'un V6 3,3l d'origine Toyota. Bon, ça ne vous arrachera pas un battement de cil, blindés que vous êtes et qui ne cliquez plus la suite de la note à moins de 10 cylindres et 450 équidés. Mais réfléchissez mieux: est ce que le nombre de chevaux est vraiment important quand on a affaire à un lézard à huit têtes ? On retrouvera l'Orochi en détail le 2 octobre prochain, quand seront dévoilées ses caractéristiques techniques détaillées et son prix de vente lors du lancement officiel. Pour les déjà convaincus, il est déjà possible de réserver son exemplaire sur le site de Mitsuoka.

Lire également:

Mitsuoka Orochi Nude Top Roadster

Mitsuoka Viewt

Pour résumer

Le Japon automobile est en effervescence, et la raison n'en est pas seulement le lancement de la Lexus LS460. Le sujet de cette excitation qui fait la une de tous les sites autos nippons, c'est l'annonce de la première supercar du pays du Soleil Levant depuis la retraite de la Honda NSX, la baroque, la flamboyante Orochi. Rêvée par Mitsuoka, constructeur étrange et merveilleux, l'Orochi a fait sa première apparition publique au Salon de Tokyo 2001, sous la forme d'un coupé à moteur central noir doté d'une aura aussi fascinante que malfaisante, que seule la Maybach Excelero approche.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.