par Frederic Papkoff

Mitsubishi veut se relancer en Chine

Il ne suffit pas d'être présent en Chine pour y réussir. Encore faut-il choisir le bon partenaire. Fiat tout comme Mitsubishi le savent bien. Naguère associé à trois partenaires et fournissant des moteurs pour la plupart des véhicules locaux, Mitsubishi est aujourd'hui quasiment rayé de la carte. Mais le constructeur espère bien que l'année 2010 mettra fin à ses malheurs.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Il ne suffit pas d'être présent en Chine pour y réussir. Encore faut-il choisir le bon partenaire. Fiat tout comme Mitsubishi le savent bien. Naguère associé à trois partenaires et fournissant des moteurs pour la plupart des véhicules locaux, Mitsubishi est aujourd'hui quasiment rayé de la carte. Mais le constructeur espère bien que l'année 2010 mettra fin à ses malheurs.

Outre la fourniture de moteurs à de nombreux constructeurs, Mitsubishi pouvait se targuer d'être présent en Chine via des participations dans Soueast et dans Changfeng, mais aussi un pied dans la co-entreprise de Daimler avec BAIC (Beijing Auto). Evincé de chez Beijing-Daimler, Mitsubishi a récemment finalisé les détails de la fin de sa participation dans Changfeng, suite à la reprise de ce dernier par GAIG (Guangzhou Auto).

Reste le cas de Soueast, la co-entreprise entre le groupe taiwanais China Motor Corp, Fujian Motor Industry Group et Mitsubishi Motors. Osamu Masuko, Président de Mitsubishi Motors, compte bien transformer cette entité qui bat de l'aile en tremplin pour la marque en Chine. L'une des premières actions souhaitées par Mitsubishi sera la montée de sa participation à 50%. Actuellement actionnaire à 25%, il lui faudra acquérir la moitié des 50% détenus par China Motor Corp, ce qui est loin d'être gagné.

Mais du côté de Soueast, on n'est pas forcément preneur. En effet, la marque tente, avec bien peu de succès pour le moment il est vrai, de développer sa propre gamme, à l'instar de la récente V3 (une Mitsubishi lancer rebadgée) ou des différents prototypes dévoilés lors des derniers salons. En outre, les rumeurs de vente de Soueast à GAIG persistent. Conscient que sa montée en puissance n'est pas forcément vouée au succès, Osamu Masuko a déjà indiqué qu'en cas d'échec des discussions, Mitsubishi commencerait à chercher un nouveau partenaire avant la fin de l'année.

L'objectif de Mitsubishi est de produire 180.000 véhicules sur place en 2010, et 300.000 à l'horizon 2015.

Source : Gasgoo

Pour résumer

Il ne suffit pas d'être présent en Chine pour y réussir. Encore faut-il choisir le bon partenaire. Fiat tout comme Mitsubishi le savent bien. Naguère associé à trois partenaires et fournissant des moteurs pour la plupart des véhicules locaux, Mitsubishi est aujourd'hui quasiment rayé de la carte. Mais le constructeur espère bien que l'année 2010 mettra fin à ses malheurs.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.