par Elisabeth Studer

Mercedes stocke des pièces pour se prémunir d’une pénurie de gaz

Tout va bien … ou presque …. Quand l'industrie automobile allemande anticipe la pénurie d'énergie pour sa propre production : Mercedes-Benz réalise à l’heure actuelle des stocks de pièces qu’il produit à l'aide de gaz naturel, dans le but de maintenir la production pendant plusieurs semaines, même si l'Allemagne introduit un rationnement drastique de ce type d'énergie.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Mercedes produit davantage pour constituer des stocks

Le constructeur automobile Mercedes a produit des pièces supplémentaires fabriquées dans ses fonderies d'Untertürkheim, qui entrent dans la fabrication de boîtes de vitesses, d’essieux et de composants de système de transmission en vue de constituer des stocks dans ses usines aux États-Unis et en Chine.

Cela permettra aux opérations de production automobile en Alabama et à Pékin de se poursuivre même si une pénurie de gaz naturel en Allemagne force à stopper les opérations dans le pays, selon le chef de la production de Mercedes, Joerg Burzer.

Vers un risque de pénurie de gaz pour les industries

Les fabricants allemands se précipitent pour se préparer à un éventuel rationnement du gaz alors que le gouvernement cherche à protéger des pénuries les ménages et l'industrie critique.

Depuis que la Russie a effectivement interrompu les flux de gaz vers l’Europe en réponse au soutien du continent européen à l'Ukraine, la puissance économique de l’UE a intensifié ses efforts pour remplir les sites de stockage de gaz et trouver des approvisionnements alternatifs avant l'hiver. Les inquiétudes concernant un rationnement sévère se sont atténuées ces derniers jours après que les niveaux de stockage de gaz en Allemagne ont dépassé 90% cette semaine.

Inquiétude sur la compétitivité

Outre le risque d'approvisionnement, l'industrie est confrontée à une flambée des coûts des intrants entraînée par la hausse des prix de l'énergie. Les prix à la production ont bondi d'un record de près de 46 % en août, suscitant de profondes inquiétudes quant à la compétitivité future.

Mercedes a déjà réduit sa consommation énergétique

Joerg Burzer a déclaré que Mercedes avait déjà réduit sa consommation d'essence de 10% et pourrait même réduire de moitié sa consommation si nécessaire. Dans une situation critique, l'entreprise doit maintenir un approvisionnement d'environ 10% de ses besoins habituels en gaz pour fonctionner normalement, a-t-il ajouté. "Dans une situation d'urgence, où il y a une pénurie de gaz, nous pouvons remplacer une quantité importante de notre consommation de gaz par des approvisionnements en énergie fossile - ce changement est préparé et prêt à partir", a déclaré Burzer. "Nous sommes à peu près sûrs que nous n'aurons pas une situation où nous n'aurons que 0% de notre approvisionnement en gaz habituel."

Identification des fournisseurs à risque

Le groupe de travail de Mercedes dédié à la crise énergétique, composé de 25 personnes, a également travaillé à l'identification des fournisseurs basés en Allemagne qui seraient à risque dans un scénario de rationnement du gaz. Il mène actuellement des pourparlers avec eux sur un éventuel déplacement de la production vers des sites en dehors de l'Allemagne.

« Le sud, le sud-ouest de l'Europe est un peu différent en termes de risque d'approvisionnement en gaz. S'il existe des opportunités pour nos fournisseurs de déplacer la production, nous en discutons », a déclaré Burzer. Ajoutant que le constructeur discutait avec « tout ce qui a besoin de gaz : les plastiques, le verre, les fonderies. »

Sources : Reuters, Mercedes

Pour résumer

Mercedes-Benz réalise à l’heure actuelle des stocks de pièces qu’il produit à l'aide de gaz naturel, dans le but de maintenir la production pendant plusieurs semaines, même si l'Allemagne introduit un rationnement drastique de ce type d'énergie.
Le constructeur automobile a produit des pièces supplémentaires fabriquées dans ses fonderies d'Untertürkheim, qui entrent dans la fabrication de boîtes de vitesses, d’essieux et de composants de système de transmission en vue de constituer des stocks dans ses usines aux États-Unis et en Chine.

Cela permettra aux opérations de production automobile en Alabama et à Pékin de se poursuivre même si une pénurie de gaz naturel en Allemagne force à stopper les opérations dans le pays, selon le chef de la production de Mercedes, Joerg Burzer.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.