par Patrick Garcia

Maserati veut du chiffre .. et peut être un diesel.

Malgré une hausse globale des ventes de près de 23% en 2005, Maserati a faim. L'importance d'une gamme plus large se fait chaque jour plus urgente pour les responsables de la firme qui ne voient leur salut financier qu'au delà des 10 à 15.000 exemplaires écoulés. Pour cela, le big boss(e), Karl Heinz Kabfell ne rejète pas l'idée d'une Maserati ... diesel !
Aïe...

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Malgré une hausse globale des ventes de près de 23% en 2005, Maserati a faim. L'importance d'une gamme plus large se fait chaque jour plus urgente pour les responsables de la firme qui ne voient leur salut financier qu'au delà des 10 à 15.000 exemplaires écoulés. Pour cela, le big boss(e), Karl Heinz Kabfell ne rejète pas l'idée d'une Maserati ... diesel !
Aïe...

  L'arrivée de Maserati dans le giron d'Alfa Romeo a donc fait changer l'état d'esprit de ses dirigeants qui ne cherchent plus l'élitisme à tout crin mais bien les volumes de vente.

La Quattroporte devrait donc s'autoriser une boîte automatique pour calmer les 'bousculés du Cambiocorsa' et la gamme devrait voir l'arrivée de nouveaux modèles moins chers. La fourchette de prix avancée par KH.Kabfell est de 75.000 à 95.000 euros.

Dans l'élan, le SUV autrefois renié entre de nouveau dans le champ des possibles. Il faut simplement espérer que la lumière de la signature (Giugiaro) du concept Maserati Kubang de 2003 n'aveugle pas les décideurs: Objectivement, le Kubang est raté. Dixit le maître lui même.

Avec l'évocation, sussurée du bout des lèvres, de la "non totale impensabilité" d'un modèle diesel, cela fait beaucoup de nouvelles difficiles à avaler pour le tifoso du trident. Et ça n'est pas le couplet " Il n'y aura jamais d'Alfa Romeo badgée Maserati ou de Maserati badgée Alfa Romeo" qui rassurera ceux qui savent déjà qu'une Alfa Romeo emprunte plus à GM qu'au jus de méninge des ingénieurs italiens !

lire également: Le Trident en fête

source: What Car via LeftlaneNews

Pour résumer

Malgré une hausse globale des ventes de près de 23% en 2005, Maserati a faim. L'importance d'une gamme plus large se fait chaque jour plus urgente pour les responsables de la firme qui ne voient leur salut financier qu'au delà des 10 à 15.000 exemplaires écoulés. Pour cela, le big boss(e), Karl Heinz Kabfell ne rejète pas l'idée d'une Maserati ... diesel !
Aïe...

Patrick Garcia
Rédacteur
Patrick Garcia

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.