par Nicolas Anderbegani

Maserati ne descendra pas en gamme

Le plan produit à l'horizon 2022 de Maserati, dévoilé en juin 2018, laissait entrevoir l'apparition d'un modèle SUV du segment D, en dessous du Levante, afin d'élargir la gamme "par le bas" et de booster les ventes. La nouvelle stratégie du Trident semble désormais l'infirmer.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Le plan produit à l'horizon 2022 de Maserati, dévoilé en juin 2018, laissait entrevoir l'apparition d'un modèle SUV du segment D, en dessous du Levante, afin d'élargir la gamme "par le bas" et de booster les ventes. La nouvelle stratégie du Trident semble désormais l'infirmer.

L'échec de la stratégie Marchionne

En 2018, Maserati n'a vendu que 36.500 véhicules, bien loin des 75.000 unités qui avaient été fixées par Sergio Marchionne en 2014, lors du précédent plan produit de la marque. L'absence de nouveautés et une gamme vieillissante étaient les principales causes de cette dégringolade, mais Mike Manley, peu après avoir succédé à feu Marchionne à la tête de FCA, avait également pointé du doigt une "mauvaise stratégie" pour la marque. La volonté d'augmenter les ventes par une descente en gamme, au point de mettre Maserati non plus en concurrence avec des marques sportives de luxe mais des grands constructeurs premium, fut visiblement une grosse erreur. La "Porschisation" de Maserati n'a pas fonctionné.

Aller plus hauuuuuuuuut

"Nous ne voulons pas aller plus bas, nous voulons aller plus haut". Le numéro un de la marque Harald Wester, récemment placé aux commandes , a confirmé que Maserati ne créerait pas de nouveaux niveaux d'entrée et se concentrerait à l'avenir sur des segments et des gammes de prix plus élevés, afin d'accroître les marges. Est-ce à dire que le SUV de segment D, cousin supposé de l'Alfa Romeo Stelvio, sera remisé au placard, bien qu'il ait été annoncé dans le "Plan Italie" présenté fin 2018 par FCA ? Autre hypothèse: Maserati ne proposerait pas d'autre modèle d'entrée de gamme après le D-SUV, lequel se positionnerait au niveau du Levante, pour faire encore monter en gamme ce dernier. Pour l'instant, les propos de Wester ne permettent pas de clarifier le choix stratégique.

En 2019, Maserati fera le dos rond car la vraie nouveauté n'est attendue qu'en 2020 avec l'Alfieri. Le renouvellement des Levante et Ghibli devra donc rapidement suivre, pour enrayer l'hémorragie des ventes.

L'avis de leblogauto.com

Fin de la fourniture des moteurs Ferrari, fin du diesel, inclinaison vers l'hybride plug-in et l'électrique. Maserati change de cap et préfère sacrifier les scores des ventes au profit des marges et de l'image de marque. La descente en gamme risque de cannibaliser davantage Alfa Romeo, dont les ventes ne sont pas non plus affriolantes. Le retour à l'exclusivité est salutaire, mais le renouvellement de la gamme (et son élargissement par le haut ?) est plus que jamais urgent dans un secteur de plus en plus concurrentiel qui ne connaît pas la crise.

Pour résumer

Le plan produit à l'horizon 2022 de Maserati, dévoilé en juin 2018, laissait entrevoir l'apparition d'un modèle SUV du segment D, en dessous du Levante, afin d'élargir la gamme "par le bas" et de booster les ventes. La nouvelle stratégie du Trident semble désormais l'infirmer.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.