par Pierre-Laurent Ribault

Lotus toujours plus fort : et maintenant, les moteurs maison...

Dany Bahar, l'homme à l'origine du nouveau et spectaculaire Lotus Circus, s'est lancé cette semaine dans une série d'interviews avec la presse britannique dans la foulée de l'accord de partenariat avec Genii pour le changement d'identité de l'ex Renault F1 en Lotus Renault GP. Rien de vraiment nouveau de ce côté-là hormis une nouvelle salve de "C'est celui qui l'dit qui y est" échangée avec Tony Fernandes, passons. Plus intéressante est la réflexion de Bahar sur sa gamme routière future : et si Lotus laissait tomber Toyota et faisait ses propres moteurs ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Dany Bahar, l'homme à l'origine du nouveau et spectaculaire Lotus Circus, s'est lancé cette semaine dans une série d'interviews avec la presse britannique dans la foulée de l'accord de partenariat avec Genii pour le changement d'identité de l'ex Renault F1 en Lotus Renault GP. Rien de vraiment nouveau de ce côté-là hormis une nouvelle salve de "C'est celui qui l'dit qui y est" échangée avec Tony Fernandes, passons. Plus intéressante est la réflexion de Bahar sur sa gamme routière future : et si Lotus laissait tomber Toyota et faisait ses propres moteurs ?

La remarque a fusé de toutes parts au Mondial de l'Automobile lorsque Lotus a présenté ses concepts et son intention de devenir un membre du club des pur sangs,  l'égal des Ferrari et Aston Martin de ce monde : comment attirer la clientèle habituelle de ces constructeurs, très sensible au prestige du blason, avec des moteurs de grande série sous les capots ? Ca n'est pas que le V8 extrait de la Lexus IS F soit particulièrement honteux, avec ses plus de 420 chevaux peignés au petit poil par Yamaha, ni que les propriétaires d'Elise et d'Exige soient particulièrement mécontents des mécaniques de Corolla boulonnés dans leurs petits bolides, mais dans ces hautes sphères, rien ne remplace un moteur maison.

Pas de problème, nous dit Dany Bahar, Lotus sait faire les moteurs, nous en faisons pour les autres, on peut bien en faire pour nous-mêmes, V8 inclus. Comme on l'a compris depuis quelques mois, Dany Bahar est un homme à vision, pas le genre à s'encombrer des petits détails de la vie du genre combien de temps et d'argent pour développer un moteur, combien pour le fiabiliser. Le V8 Lotus a existé dans l'Esprit V8 (photo), et personne ne s'en souvient comme d'un modèle de solidité... Il faudrait que le nouveau soit d'une autre trempe.

On verra rapidement si cette idée de moteurs Lotus est une simple idée en l'air ou un programme sérieux. Dans le deuxième cas, on peut une nouvelle fois se demander si il faut saluer bien bas l'audace (de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace !) ou bien si toute l'opération n'est qu'une fuite en avant vers le mur de la réalité qui mettra fin à tout cela brutalement. Espérons pour Lotus que ça marche. Bob Lutz, désormais conseiller de la marque et pourtant indécrottable optimiste vient de donner dans une interview 60% de chances de réussite au Lotus version Bahar. Faites vos jeux.

Source: Autocar

Lire également:

Avenir entre Lotus et Toyota : Esprit es-tu là ?

Pour résumer

Dany Bahar, l'homme à l'origine du nouveau et spectaculaire Lotus Circus, s'est lancé cette semaine dans une série d'interviews avec la presse britannique dans la foulée de l'accord de partenariat avec Genii pour le changement d'identité de l'ex Renault F1 en Lotus Renault GP. Rien de vraiment nouveau de ce côté-là hormis une nouvelle salve de "C'est celui qui l'dit qui y est" échangée avec Tony Fernandes, passons. Plus intéressante est la réflexion de Bahar sur sa gamme routière future : et si Lotus laissait tomber Toyota et faisait ses propres moteurs ?

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.