par Gautier Bottet

Lotus confirme 4 nouveaux modèles, dont 2 SUV

La présentation de la Lotus Emira donnait le ton : il s'agit de la dernière Lotus à moteur thermique. La marque britannique en dit à présent plus sur son avenir, avec 4 nouveaux modèles d'ici 2026, dont 2 SUV, une berline et un coupé. 

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

  • 2 SUV, 1 berline, 1 sportive électriques d'ici 2026
  • Base industrielle et technologique à Wuhan

Désormais dans le giron du groupe chinois Geely, Lotus va en finir avec la monoculture de sportives plus ou moins radicales et exclusives. A l'instar de la démarche engagée voici près de 20 ans par Porsche, Lotus va devenir un constructeur de "voitures sportives" dans un sens plus large. Et pour faire suite à ce qui avait été annoncé avec l'hypercar Evija, premier modèle électrique de la marque, puis l'Emira, dernière thermique, Lotus deviendra un constructeur de véhicules électriques uniquement.

Cela débutera en 2022 avec le Type-132, un grand SUV du segment E. Dès 2023 une berline (ou coupé 4 portes) du même segment arrivera, ce sera le Type 133. Deux ans plus tard, en 2025 donc, une descente en gamme s'amorcera avec le D-SUV Type 134. Il faudra patienter jusqu'en 2026 pour découvrir une nouvelle sportive, ce sera la Type 135. Elle aussi électrique donc, elle prendra à terme le relais de l'Emira. On ne peut ici  s'empêcher de faire le lien avec les accords conclus voici quelques mois avec Alpine pour une future sportive électrique...

Pour tous les SUV et la berline, Lotus évoque sa nouvelle plateforme Lotus Premium Architecture, avec des batteries de 92 à 120 kWh en 800V, et des empattements de 2889 à 3100 mm. Sans doute une plateforme cousine de la SEA de Geely.

Ce plan s'accompagne d'une forte migration de la marque vers la Chine. Si la base historique et officielle reste bien en Grande-Bretagne à Hethel, c'est en réalité à Wuhan que l'avenir se passera pour Lotus. Tout d'abord avec la nouvelle usine, chargée de produire ces véhicules, qui ouvrira ses portes en fin d'année. Puis avec le nouveau siège de la division Lotus Technology, lui aussi basé à Wuhan. Une nouvelle filiale, qui sera en fait le bureau d'études chinois de la marque, centré sur le véhicule électrique, la conduite autonome, etc...

La surprise, c'est l'entrée en scène de Nio. Li Bin le fondateur de la start-up chinoise est ainsi actionnaire de Lotus Technology, et les deux marques semblent envisager de futures coopérations.

Pour résumer

La présentation de la Lotus Emira donnait le ton : il s'agit de la dernière Lotus à moteur thermique. La marque britannique en dit à présent plus sur son avenir, avec 4 nouveaux modèles d'ici 2026, dont 2 SUV, une berline et un coupé. 

Gautier Bottet
Rédacteur
Gautier Bottet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.