par Patrick Garcia

L'Iran rejette Renault

Renault planifie depuis les dbuts de la Logan une multiplication des sites de production dans des pays faible cot de main d'oeuvre. D'abord Roumanie, puis Maroc, Russie, Amrique du Sud et galement Iran. L'accord sign il y a dj quelques temps vient d'tre purement et simplement remis en cause par le gouvernement iranien qui veut dsormais plus. L'application du contrat est donc remis en question unilatralement tant que le constructeur franais ne rpondra pas favorablement aux nouvelles revendications de l'Iran.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Renault planifie depuis les dbuts de la Logan une multiplication des sites de production dans des pays faible cot de main d'oeuvre. D'abord Roumanie, puis Maroc, Russie, Amrique du Sud et galement Iran. L'accord sign il y a dj quelques temps vient d'tre purement et simplement remis en cause par le gouvernement iranien qui veut dsormais plus. L'application du contrat est donc remis en question unilatralement tant que le constructeur franais ne rpondra pas favorablement aux nouvelles revendications de l'Iran.

En fait, le gouvernement iranien souhaite pourvoir exporter une part de la production de Logan (20%) vers les marchs traditionnels europens de Renault. Sans cela, ils n'accepteront pas de les fabriquer.

Ce "chantage" bloque Renault qui doit faire face une demande croissante de Dacia Logan et la production de 300.000 voitures par an prvue en Iran ne va pas tarder manquer. Le dbut des livraisons devait dbuter en Mai prochain.

Renault qui ne peut se permettre trop de rigidit est donc contraint de reprendre les ngociations avec Iran Khodro et Pars Khodro, les 2 prestataires sous autorit de l'tat iranien.

Est ce encore du business ?

Lire galement: Dacia Logan Break en catimini
                         Dacia Logan Steppe Concept

Source: Le quotidien auto
source Image: ISNA

Pour résumer

Renault planifie depuis les dbuts de la Logan une multiplication des sites de production dans des pays faible cot de main d'oeuvre. D'abord Roumanie, puis Maroc, Russie, Amrique du Sud et galement Iran. L'accord sign il y a dj quelques temps vient d'tre purement et simplement remis en cause par le gouvernement iranien qui veut dsormais plus. L'application du contrat est donc remis en question unilatralement tant que le constructeur franais ne rpondra pas favorablement aux nouvelles revendications de l'Iran.

Patrick Garcia
Rédacteur
Patrick Garcia

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.