par Nicolas Anderbegani

La Suisse va autoriser les courses sur circuit, après 66 ans d'interdiction !

Voilà une nouvelle plutôt inattendue ! En vigueur depuis 1956, l'interdiction de disputer des compétitions automobiles sur circuit sera bientôt levée en Suisse après le feu vert du Conseil fédéral.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie
Podcast Men's Up Life
 

Les conséquences d'une tragédie

Aux 24 heures du Mans 1955 survient la pire catastrophe de l’histoire du sport automobile. L’accident de Pierre Levegh sur sa Mercedes provoque la mort de 84 personnes. Alors que Mercedes se retire du sport automobile- et n'y reviendra officiellement que dans les années 80- la Suisse prend une décision encore plus radicale en interdisant purement et simplement le sport automobile sur circuit et en public, comme stipulé dans l’article 52 de la loi fédérale sur la circulation routière.

Si cela n’a pas empêché le déroulement des courses de côte et de rallye sur le territoire de la confédération, ni l’émergence de nombreux pilotes suisses de talent, la Suisse a donc fait office d’exception en Europe pendant des décennies. Plusieurs tentatives avaient déjà été faites de revenir sur cette loi, sans succès, avant qu’une première ouverture n’arrive avec l’organisation du E-Prix de Berne dans le cadre de la Formule E en 2018. Après le Conseil national, le Conseil des États a accepté mardi matin (27 pour, 15 contre) la suppression de cet article. De quoi sans doute satisfaire les défenseurs du sport en Suisse, qui dénonçaient depuis des années une forme de discrimination mais aussi la contrainte faite aux pilotes suisses d’effectuer de longs et couteux déplacements à l’étranger pour pratiquer leur passion.

Quand la Suisse était au calendrier de la F1

Credit Photo - L'ancienne piste aujourd'hui

Si certains s’interrogent sur le « timing » de cette levée, alors que les questions écologiques et de mobilité douce s’imposent dans la société, il ne faut pas imaginer qu’un « Spa » suisse va sortir de terre dans les années qui viennent. La Suisse ne dispose actuellement d’aucun circuit permanent qui ait les standards nécessaires pour accueillir une quelconque épreuve d’envergure. Même si plusieurs projets ont germé, un circuit aux standards de la F1 n'est pas à l'ordre du jour.

Un grand prix de Suisse a pourtant bien existé. En 1931 fut inauguré le circuit de Bremgarten, une piste de 7,8 kilomètres de long qui serpentait en partie dans le parc forestier de Bremgarten, au nord de Berne. Rapide mais très dangereux, notamment à cause de ses variations de luminosité et de sections pavées qui pouvaient se transformer rapidement en patinoire en cas de pluie, le circuit fut l’hôte du grand prix de Suisse, qui figurait au calendrier officiel du championnat d’Europe des pilotes entre 1934 et 1939. De retour dès 1947, c’est sur cette piste qu’Achille Varzi se tua en 1948. Le grand prix figura ensuite au calendrier du championnat du monde de F1 entre 1950 et 1954, avant que la tragédie de 1955 au Mans n’entraîne la disparition de la course. Un nouveau grand prix de Suisse eut lieu en 1982, mais disputé à…Dijon ! En effet, la France voulait à l’époque une seconde course, un accord fut ainsi conclu entre le circuit de Dijon-Prenois et l’Automobile Club de Suisse pour financer l’évènement.

 

Pour résumer

Depuis 1956, consécutivement au drame du Mans, la Suisse interdisait sur ses terres les compétitions sur circuit, ce qui fait que le pays ne dispose d'aucun circuit permanent. Une première ouverture s'est faite grâce à la Formule E à Berne.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.