par Frederic Papkoff

La Corvette 1959 modernisée par Pogea Racing

Dans un esprit qui rappelle par certains aspects la démarche de Mechatronik sur les anciennes Mercedes, Pogea Racing donne une nouvelle vie dans le monde moderne à une Corvette de 1959.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Grand amateur d'ancienne Corvette, vous trouvez ses performances trop timides, ou vous craignez que la mécanique ne soit trop fragile pour un usage dans la circulation actuelle ? Pogea Racing s'est ainsi employé à moderniser une Corvette de 1959 pour un riche client. Riche, oui, parce que l'opération a coûté la bagatelle de 225.000€. Une Corvette C1 au coeur de Corvette C6, avouez que c'est tentant. La réalisation est soignée, quoique moins respectueuse de l'original que celles de Mechatronik sur les divers modèles Mercedes.

Le coeur de l'engin reste ici bien américain, et très Corvette. Il s'agit en effet d'un V8 LS3 de 6,2l. Un moteur installé dans la Corvette actuelle, et quelque peu modifié pour donner encore plus de puissance : injecteurs issus du LS7 de la Z06, nouveaux arbres à cames, nouvelle admission, nouvel échappement... La puissance passe de 437 à 485 ch, et le couple reste inchangé à 585 Nm. La boîte mécanique reste à 5 rapports, et un embrayage en céramique prend place entre les deux éléments. Un différentiel Dana 44 est également de la partie.

Pour transmettre cette puissance à la route, Pogea Racing a choisi d'imposantes roues de 9.5J x 18 à l'avant et de 12J x 19 à l'arrière, avec pneumatiques Bridgestone Potenza 265/40 et 305/30. Une telle monte pneumatique ne rentre certes pas dans une Corvette d'origine. Les ailes ont donc été substantiellement élargies. De 37 cm pour être précis, portant la largeur de la ballerine à 2m09...

Le châssis est renforcé d'une structure tubulaire réalisée par Foose Design aux Etats-Unis, tandis que le freinage provient lui aussi d'une Corvette plus moderne : disques de 330 mm à l'avant et 300 mm à l'arrière, ventilés et perforés, et pincés par des étriers à 6 et 4 pistons. C'est que l'engin atteint 288 km/h et passe de l'arrêt total à 100 km/h en 3"9... C'est qu'elle ne pèse que 1.130 kg...

L'intérieur reprend comme l'extérieur une ambiance rouge et blanc (peintures Ferrari et non Chevrolet), avec  quelques entorses au classicisme : volant à méplat, écran pour le système de navigation Alpine ou encore une climatisation régulée. Tandis que les feux arrière qui préservent le style d'origine sont dotés de LED.

Pour résumer

Dans un esprit qui rappelle par certains aspects la démarche de Mechatronik sur les anciennes Mercedes, Pogea Racing donne une nouvelle vie dans le monde moderne à une Corvette de 1959.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.