par La rédaction

Jeux vidéo : Project Cars arrive enfin

Ce n'est pas tous les jours que le cercle très fermé des simulations de course accueille un nouveau membre. Demain, Project Cars arrive officiellement dans les consoles et PC des joueurs les plus férus de course automobile.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Project Cars tourne déjà en beta sur PC depuis plusieurs années et son développement est finalement arrivé à terme. La particularité de ce jeu est de justement avoir été en partie financé et développé par les joueurs inscrits au programme. En échange de leur implication, un accès anticipé au jeu. La contribution des joueurs doit donner un avantage de poids face à la concurrence avec un soft fait par les passionnés pour les passionnés.

Les jeux qui revendiquent faire partie des simulations de course sont plutôt rares. Au yeux des fans, les jeux PC continuent d'être la référence en terme de réalisme du gameplay et de qualité des graphismes. Le plus récent, Assetto Corsa est probablement le plus réputé et celui qui sait le mieux retranscrire les sensations du sport auto dans son salon. A ses cotés, rfactor et son contenu pléthorique est également l'une des simulations favorites des pilotes en herbe.

Les consoles de jeu ne sont pas en reste avec deux exclusivités qui s'opposent depuis plus de 10 ans. Forza Motorsport sur Xbox et Gran Turismo sur Play Station.

Project Cars, à la base développé sur PC sera porté sur consoles ( PS4, Xbox One et WiiU ). En plus de compléter une liste de simulations PC convaincantes, il va donc chercher à marcher sur les plate-bandes de Forza et GT, qui semblent depuis quelques temps éprouver des difficultés à se renouveler.

Pour s'imposer, Project Cars a de nombreux arguments. Des graphismes à couper le souffle, un cycle jour/nuit et une météo évolutive ultra-réalistes, pléthore de catégories du karting à la F1, le jeu semble prometteur à juste titre. Bien que le contenu soit intéressant avec une véritable diversité de véhicules, on remarque toutefois des absences de taille. Pas de Ferrari, pas de Toyota, pas de Porsche, la liste de véhicules se révèle au final assez légère. Pour les circuits, on compte plus d'une centaine de variations, incluant donc les diverses déclinaisons de chaque piste. Au total, 30 lieux différents sont présents dans le jeu. Tous ces circuits ne sont pas sous licence. Par exemple, Suzuka s'appelle Sakitto. Rien de bien méchant si l'on ne retient que la modélisation proche de la perfection de chaque circuit. De nombreux endroits mythiques sont sans surprise de la partie dont le Mans ou le Nurburgring. Enfin d'autres voitures et circuits seront ajoutés par la suite via des téléchargements payants.

Ce qui intéresse aussi les joueurs, c'est bien entendu le gameplay. Pour ce paramètre, le studio de développement Slightly Mad Studios a choisi de faire le pari de la simulation pure. Chaque accélération trop brutale ou freinage tardif conduisent à une sortie de route pénalisante. La météo apporte une part non négligeable de réalisme avec les conditions compliquées inhérentes à une pluie battante ou à un soleil couchant qui aveugle le pilote. Cette immersion est également renforcée par un rendu des sons moteurs de grande qualité ou une vue casque permettant au joueur d'être à la place du pilote.

Source, vidéo et illustration : Project Cars

Pour résumer

Ce n'est pas tous les jours que le cercle très fermé des simulations de course accueille un nouveau membre. Demain, Project Cars arrive officiellement dans les consoles et PC des joueurs les plus férus de course automobile.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.