par Elisabeth Studer

Jaguar Land Rover se dit non impacté par le chaos des ports UK

Jaguar Land Rover (JLR) n'a constaté jusqu'à présent aucun impact sur ses activités des problèmes rencontrés dans les ports britanniques, a déclaré jeudi sa société mère Tata Motors. Tentant ainsi de rassurer les marchés alors même que de nombreux pays ont pris des mesures en vue de couper les liaisons logistiques avec le Royaume-Uni en raison d'une nouvelle variante du coronavirus.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

JLR avait déjà pris des mesures d'ajustement de production

Reste tout de même que Jaguar Land Rover avait d'ores et déjà pris des mesures pour anticiper d'éventuels impacts d'une sortie sans accord (no deal Brexit).

En novembre dernier, JLR avait ainsi suspendu la production dans ses usines britanniques pendant une semaine pour atténuer tout impact potentiel d'un Brexit sans accord avant la date limite du 31 octobre.

Honda a du geler les activités de son usine britannique

Tous les constructeurs n'ont pas eu cette "chance". Honda a dû geler les activités de production de son usine britannique au début du mois en raison de retards dans les transports, ces derniers engendrant une pénurie de pièces. Le constructeur a repris la production environ une semaine plus tard.

Le coronavirus aggrave les problèmes dus au Brexit

La pandémie due COVID-19 a aggravé les problèmes qui affectaient déjà les constructeurs automobiles avant le Brexit, la fin imminente de la période de transition étant synonyme de retards dans les ports, quel que soit le résultat des négociations sur un accord de sortie

Notre avis, par leblogauto.com

JLR peut jouer les fanfarons …. N'oublions pas qu'en janvier 2020, Jaguar Land Rover (JLR) avait annoncé la suppression de 500 emplois dans son usine de Halewood, au centre de l’Angleterre. Des mesures prises – nous disait-on alors – dans le cadre de son programme de restructuration destiné à se prémunir des conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit).

Y sont fabriqués les SUV Range Rover Evoque et Land Rover Discovery Sport. Le site emploie directement 4 000 personnes et environ 1.000 intérimaires.

Alors qu'un accord vient – enfin – d'être trouvé entre Londres et Bruxelles, n'oublions pas non plus que si une sortie de l’Union européenne conduit le Royaume-Uni à abandonner les normes de l’UE et à fixer ses propres règles – comme l’avait suggéré en début 2020 le ministre des Finances britannique Sajid Javid – les entreprises souhaitant vendre des véhicules au sur le territoire britannique pourraient se voir contraintes d’obtenir un certificat spécifique, augmentant ainsi les coûts de fabrication des véhicules pour pouvoir respecter les nouvelles normes édictées spécifiquement pour le marché britannique.

La Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT), qui assure un rôle régulateur du secteur automobile au Royaume-Uni, a d’ores et déjà averti que toute décision de s’écarter des réglementations européennes entraînerait des «milliards» de livres sterling de coûts supplémentaires pour les constructeurs automobiles britanniques.

Sources : JLR, Reuters

Pour résumer

Jaguar Land Rover (JLR) n'a constaté jusqu'à présent aucun impact sur ses activités des problèmes rencontrés dans les ports britanniques, a déclaré jeudi sa société mère Tata Motors. Tentant ainsi de rassurer les marchés alors même que de nombreux pays ont pris des mesures en vue de couper les liaisons logistiques avec le Royaume-Uni en raison d'une nouvelle variante du coronavirus.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.