par La rédaction

Episode du jour GM/Opel : le statu quo

Ah, l'épisode Opel du jour. On le sait désormais, General Motors ne se dépêche pas, au contraire, pour afficher clairement et officialiser l'identité du repreneur de la chaude saga.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Ah, l'épisode Opel du jour. On le sait désormais, General Motors ne se dépêche pas, au contraire, pour afficher clairement et officialiser l'identité du repreneur de la firme au Blitz. Si repreneur il y a évidemment, GM conservant pourquoi pas l'option de restructurer sa filiale européenne. A Berlin, on s'impatiente. Euphémisme. A Washington on laisse couler. Enfin presque. Selon Der Spiegel l'administration Obama, détentrice de 60 % du new GM, n'entend pas le constructeur américain ouvrir la porte à des groupes russes partenaires de Magna dans l'offre déposée par l'équipementier. Parfum de guerre froide pour chaude saga.

Selon Der Spiegel donc les alliés de Magna, l'organisme bancaire Sberbank et le constructeur GAZ, n'entrent pas dans les petits papiers de l'administration Obama. Ni ceux de GM comptant sur Chevrolet pour asseoir sa position en Russie donc pas forcément bienveillant sur un concurrent de poids de ce genre.

Un bon point également pour le constructeur américain dont on sait la préférence affichée pour le dossier présenté par RHJ International (lui laissant une possibilité de rachat ultérieurement). De plus GM n'est plus sous pression comme avant la sortie de terre du nouveau GM. Bref, wait and see de l'autre côté de l'Atlantique.

"Ces dernières semaines, la direction de GM a demandé à plusieurs reprises aux représentants du gouvernement allemand d'exclure les investisseurs russes du consortium Magna afin de faire passer le projet aux Etats-Unis", ajoute le quotidien allemand. Le gouvernement allemand dément évidemment. "Il n'y a jamais eu de telles indications aussi bien de la part du gouvernement américain que de General Motors ou quiconque", contre-attaque Ulrich Wilhelm, porte-parole du gouvernement allemand. De l'art de ménager tous les acteurs alors que le dosser s'enlise.

Certitude finalement (quoique vu le dossier depuis le début) rien ne sera officialisé avant le début du salon de Francfort, le 17 septembre, et même sûrement avant les élections législatives en Allemagne dix jours plus tard. Sinon aucune nouvelle, information ou rumeur en provenance de Fiat. On en reparle bientôt ?

A lire également. Dossier Opel : Merkel commence à s'agacer, Vous aimiez Dallas ? Vous adorez forcément la saga Opel, Et si GM conservait Opel ? Et Magna reprendra Opel.

Source : Reuters et Der Spiegel.

Pour résumer

Ah, l'épisode Opel du jour. On le sait désormais, General Motors ne se dépêche pas, au contraire, pour afficher clairement et officialiser l'identité du repreneur de la chaude saga.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.