par La rédaction

GM Strasbourg : la direction en veut finalement plus

Alors que les salariés strasbourgeois venaient de s'exprimer favorablement à l'adoption du plan présenté par la direction, cette même direction aurait finalement revu sa copie. En résumé ? Les dirigeants en voudraient désormais plus. Comprenons par là encore davantage de concessions. Les salariés et représentants syndicaux de s'indigner devant telles méthodes. Surtout que la direction entend décrocher un accord très rapidement afin que la rachat du site par le nouveau GM soit finalement effectif courant août. Si ce n'est pas du chantage à l'emploi, cela y ressemble fortement. Très fortement même.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Alors que les salariés strasbourgeois venaient de s'exprimer favorablement à l'adoption du plan présenté par la direction, cette même direction aurait finalement revu sa copie. En résumé ? Les dirigeants en voudraient désormais plus. Comprenons par là encore davantage de concessions. Les salariés et représentants syndicaux de s'indigner devant telles méthodes. Surtout que la direction entend décrocher un accord très rapidement afin que la rachat du site par le nouveau GM soit finalement effectif courant août. Si ce n'est pas du chantage à l'emploi, cela y ressemble fortement. Très fortement même.

Parmi les points de l'accord accepté par les salariés et syndicats on retrouvait notamment la suppression de 6 jours de RTT sur 16, le gel des salaires et un trait tiré sur l'intéressement pendant deux ans. Au total sur les 929 votants (sur 957 salariés présents sur le site, soit un taux de participation de 97 %), 645 s'étaient prononcés pour le plan (70,65 %), tandis que 268 votaient contre (29,35 %).

Finalement la direction revoit ses plans en exigeant une flexibilité encore plus grande. En cause ? L'annualisation du temps de travail en sus de l'annualisation des RTT. Des zones d'ombres porteraient aussi sur le travail le week-end. Les représentants syndicaux sont immédiatement montés au créneau assurant qu'ils ne signeraient pas. Rappelons que le site industriel appartient à MLC (Motors Liquidation Company) depuis 2008 et que le nouveau GM veut le racheter.

Selon quelques dirigeants syndicaux, la direction, qui ne s'est pas exprimée, leur aurait fait comprendre que l'acceptation de ces nouvelles conditions était la seule chance de sauvegarde du site. Un bras de fer en perspective ? Indéniablement. Les dés sont-ils pipés d'avance ? On peut aussi le penser...

A lire également. GM Strasbourg : les salariés valident le plan et GM Strasbourg : abandon des "RTT" contre avenir du site.

Source : Le Parisien.

Pour résumer

Alors que les salariés strasbourgeois venaient de s'exprimer favorablement à l'adoption du plan présenté par la direction, cette même direction aurait finalement revu sa copie. En résumé ? Les dirigeants en voudraient désormais plus. Comprenons par là encore davantage de concessions. Les salariés et représentants syndicaux de s'indigner devant telles méthodes. Surtout que la direction entend décrocher un accord très rapidement afin que la rachat du site par le nouveau GM soit finalement effectif courant août. Si ce n'est pas du chantage à l'emploi, cela y ressemble fortement. Très fortement même.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.