par La rédaction

GM va faire payer cher à l'Europe la restructuration d'Opel

Le feuilleton continue autour d'Opel. Suite à la décision de General Motors de conserver cette marque dans son portefeuille, un plan de restructuration vient d'être dévoilé : 9 000 emplois seront supprimés et une usine belge sera fermée.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Le responsable de General Motors Europe Nick Reilly a annoncé aujourd'hui le plan du groupe américain pour relancer Opel et Vauxhall. 9 000 personnes, principalement en Allemagne, vont être licenciées : "Globalement, nous allons réduire notre capacité d'environ 20% et nous pensons réduire de 9 000 approximativement le nombre d'employés", a-t-il expliqué à la presse.

Opel emploie actuellement 45 000 personnes en Europe dont 25 000 en Allemagne. Et si l'Allemagne perdra un tiers de ses effectifs, aucune usine ne sera fermée contrairement à celle d'Anvers en Belgique : "Nous avons accepté de mettre en place un groupe de travail sur l'usine d'Anvers car l'avenir de cette usine est incertain. Nous avons donc accepté d'envisager des alternatives pour cette usine et d'engager des consultations à ce sujet."

En Allemagne, la révolte gronde. Le syndicat IG Metall, tout puissant outre-Rhin, promet déjà une nouvelle lutte.

General Motors devrait dévoiler les détails de son plan avant la fin de l'année.

Pour résumer

Le feuilleton continue autour d'Opel. Suite à la décision de General Motors de conserver cette marque dans son portefeuille, un plan de restructuration vient d'être dévoilé : 9 000 emplois seront supprimés et une usine belge sera fermée.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.