par Patrick Garcia

Genève 2006: Peugeot 207

  L'attraction du stand Peugeot tournait essentiellement autour de la nouvelle 207. Normal me direz vous. Mais à l'inverse de quelques grandes nouveautés du passé, la 207 ne percute pas les imaginaires. Habile mélange de 307 qui aurait gobé une 206 tout en se refaisant une dentition de 107 (ou de 907), la 207 rassure le fan du Lion.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

  L'attraction du stand Peugeot tournait essentiellement autour de la nouvelle 207. Normal me direz vous. Mais à l'inverse de quelques grandes nouveautés du passé, la 207 ne percute pas les imaginaires. Habile mélange de 307 qui aurait gobé une 206 tout en se refaisant une dentition de 107 (ou de 907), la 207 rassure le fan du Lion.

Plus robuste d'aspect, moins intuitive, moins fluide, elle se pose dans son époque avec l'aplomb de ses larges hanches. On devine que les designers n'ont pas tenté le diable en remodelant totalement un succès. Les cousins de Citroën ont eu la chance de pouvoir jeter la fade Xsara pour innover avec la C4. Mais là c'était dans le cahier des charges.

Donc, la Peugeot 207 ne fait pas frissonner mais ne décoit pas non plus. Un signe qui ne trompe pas est sans doute le nombre incalculable d'asiatiques (hommes et femmes) en costume strict et tailleur, virevoltant autour et à l'intérieur de la petite Peugeot, tâtant du bas de caisse, cognant du doigt les matériaux pour en découvrir l'origine, mesurant l'intérieur et discutant aprêment. Etonnant.

De l'intérieur, il faut d'ailleurs causer. Si la casquette à débordement couleur alu du tableau de bord donne une impression de qualité, on se demande si elle n'a pas grevé le budget alloué aux contre-portes. Faits d'une seule pièce assez grossière, rugueux en finition de base et dessinés sans imagination, ils gâchent à eux seuls l'impression donnée par le haut du tableau de bord. Dommage car dans sa globalité, cet intérieur n'est pas des plus expressifs.

Reste maintenant à voir si la petite sochalienne sera capable de rivaliser avec sa concurrente directe du Losange dans les virolos des environs de Gordes. La barre est placée haute mais on ne doute pas de la qualité des metteurs au point de Peugeot. A vérifier. Avec impatience.

Pour ce qui nous intéresse, les finitions Sport et GT dont la face avant est spécifique (j'avoue ne pas avoir remarqué ça sur le moment), se décline en diesel et en essence:
- 207 Sport avec HDi 1.6l et 90 ch mais aussi une 207 GT HDi 1.6l 110 ch. 

- 207 Sport Pack 1.6 16v de 110ch et 207 GT 1.6l 16v turbo à injection directe (avec BMW) de 150 ch.

Pour résumer

  L'attraction du stand Peugeot tournait essentiellement autour de la nouvelle 207. Normal me direz vous. Mais à l'inverse de quelques grandes nouveautés du passé, la 207 ne percute pas les imaginaires. Habile mélange de 307 qui aurait gobé une 206 tout en se refaisant une dentition de 107 (ou de 907), la 207 rassure le fan du Lion.

Patrick Garcia
Rédacteur
Patrick Garcia

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.