par La rédaction

Genève 2012 : Audi A3

Après la une plateforme inédite.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Après la Mercedes Classe A, voici une autre tête de gondole et adversaire de poids que la compacte frappée des quatre anneaux, nouvelle génération également dévoilée dans les allées du salon de Genève. Davantage évolution que révolution, cette troisième génération du nom entend capitaliser sur ses fondamentaux tout en étrennant cependant une plateforme inédite.

1996, première génération avec au final près de 900 000 exemplaires écoulés. 2003, deuxième génération avec plus de 1,8 million d'unités commercialisées. 2012, seize ans après le démarrage originel, arrivée de la troisième génération.

Au niveau du style, cette troisième génération du nom ne surprendra évidemment personne tant l'auto a filtré depuis des semaines montrant qu'elle adoptait à son tour les dernières orientations stylistiques de la marque revendiquant fièrement son ADN maison. Hors de question de bouleverser les codes cosmétiques pour le best seller !

A contrario, les côtes de l'auto évoluent quelque peu. Si longueur et hauteur demeurent pratiquement identiques à 4,23 m et 1,42 m, la nouvelle A3 gagne 12 mm en largeur à 1,77 m quand l'empattement progresse de 23 mm à 2,60 m quand le coefficient de traînée cx est de 0,31.

Au niveau technique, ce sont les dessous de l'A3 qu changent avec l'adoption de la nouvelle plateforme MQB comme avait pu l'écrire Guillaume. Changement aussi avec un poids en réduction et ce d'environ 80 kg en moyenne. Audi de chiffrer à 1 175 kg le poids de l'A3 1.4 TFSI soit le poids le plus contenu pour une compacte premium. Au niveau des trains roulants du connu avec McPherson à l’avant et multibras à l’arrière.

Au niveau mécanique ? Pour débuter on retrouve l'archi connu 2.0 TDI de 143 ch et 320 Nm (4,1 l/100 km, 106 g/km de CO2, 8,6 s pour passer de 0 à 100 km/h et 216 km/h en v-max). Audi de préciser le renfort prochain du quatre cylindres 1.6 TDI à 3.8 l/100 km et 99 g/km de CO2. En essence ? Deux autres quatre cylindres : le 1.4 l TFSI de 122 ch  et 200 Nm à  1 500 tr/min (5,2 l/100 km, 120 g/km de CO2, 9,3 s dans le 0 à 100 km/h ou 203 km/h en v-max) et le 1.8 TFSI de 180 ch et 250 Nm de 1 250 tr/min à 5 000 tr/min (5,6 l/100 km, 130 g/km de CO2, 7,2 s pour le 0 à 100 km/h et 230 km/h en v-max) combinant injection directe à une injection supplémentaire dans le collecteur d’admission et grâce au système Audi Valvelift modulant la levée des soupapes en fonction des besoins. Au choix, la boîte manuelle ou la transmission robotisée S-Tronic à double embrayage. Pour la transmission intégrale Quattro, il faudra attendre et notamment l'arrivée de moteurs plus généreux en agrément.

Enfin concernant la partie des trains roulants, la marque annonce par exemple que ESP et différentiel autobloquant électronique seront de série, des jantes de 16" à 18 selon les finitions, châssis Sport surbaissé de 15 mm ou S-Line surbaissé de 25 mm, amortissement Audi magnetic ride en option, etc, etc. Pour l'habitacle à apprécier ci-dessous, tout ou presque a été revu.

Dans son gargantuesque communiqué, la marque insiste aussi sur les divers et pléthoriques équipements de sécurité comme régulateur Audi adaptive cruise control , Audi Side Assist avec capteurs radars, Audi active lane assist  (franchissement), Audi Parking System, aide au stationnement, etc... Alors cette nouvelle A3 ? Un chiffre pour finir : 20. Comme 20 %, le volume des ventes de la compacte sur les ventes générales Audi depuis le lancement de l'A3. Perpétuera-t-elle avec réussite ce succès après son lancement commercial à la fin de l'été prochain ?

Source et images : Audi.

Pour résumer

Après la une plateforme inédite.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.