par Joest Jonathan Ouaknine

Genève 2010 Live: Toyota Land Cruiser FJ40

Suite et fin des son nouveau Land Cruiser, Toyota a apporté ce FJ40.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Suite et fin des "anciennes de Genève". Pour promouvoir son nouveau Land Cruiser, Toyota a apporté ce FJ40.

Le "40 series" fut lancé en 1960. Il s'agissait de la troisième génération de Land Cruiser et à l'époque, Toyota avait fait des efforts en matière d'équipement, de motorisation et de finition. C'est dire si les précédentes générations étaient dépouillées...

Le FJ40 était proposé en 4 portes, avec un châssis long, mais la plupart des exemplaires étaient en 2 portes, châssis court. Il y en eu également transformés en cabriolets.

Le FJ40 (et le FJ55) firent beaucoup pour la réputation de Toyota, créant le mythe du "Toy" increvable et qui se joue des obstacles. Il lui a fallu 9 ans pour atteindre les 100 000 unités. En 1972, le cap des 200 000 fut franchi... Et dés 1973, les 300 000 n'étaient plus qu'un souvenir. Au fil du temps, il s'offrit une boite de transfert, un diesel, la direction assisté et la clim'. En 1984, il céda sa place au FJ70. Sauf au Brésil, où, sous le nom de Bandeirante, il resta au tarif jusqu'en 2001.

Au-delà de la présence du "ランクル" (son surnom japonais) sur ce stand, il faut noter une nouvelle politique marketing des constructeurs Japonais. Pendant longtemps, ils se sont comportés comme des constructeurs apatrides et sans passé (les constructeur Chinois, Indiens et Sud-Coréens font de même.) Alors que les constructeurs occidentaux joue depuis longtemps la carte de terroir ("le constructeur de telle ville") et le "maison fondé en..."

Mazda fut l'un des premiers a mettre en avant son identité Japonaise et son héritage. Dans le cas de Toyota, on peut imaginer que compte tenu de ses malheurs, il cherche désormais à jouer sur la corde sensible.

Personnellement, j'étais d'autant plus touché de voir un FJ40 dans un salon que j'en possède un... Au 1/39e. En presque 30 ans, il en a connu des aventures, mon Toy' Majorette! Je l'ai perdu, retrouvé, oublié lors d'un déménagement et finalement redécouvert dans un coin, alors que je revenais dans une maison où j'ai habité.

Bonus: lorsque je l'ai perdu, mes parents ont voulu jouer à "on rachète le même et on prétend qu'on l'a retrouvé". Sauf qu'ils ne se sont pas concertés... Et que j'ai retrouvé mon jouet peu après. Ainsi, j'ai un temps eu 3 FJ40 identique!

A lire également:

Héritage sportif au rendez-vous Toyota

Toyota 1948

La première course d’une Toyota

Ove Andersson (1938-2008): Toyota Motorsports est orphelin

Pour résumer

Suite et fin des son nouveau Land Cruiser, Toyota a apporté ce FJ40.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.