Lancer le diaporama
Francfort 2017 Live : Ferrari Portofino [Vidéo] 1
+17
LANCER LE DIAPORAMA
par La rédaction

Francfort 2017 Live : Ferrari Portofino [Vidéo]

La Ferrari Portofino fait ici sa première apparition publique. Elle remplace la California T en tant que modèle le plus abordable de la gamme, mais il faudra quoiqu'il en soit un portefeuille bien garni pour en faire l'acquisition...

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Portofino est le nom d'un petit village italien, situé sur la côte ligure et connu tant pour ses somptueux panoramas que pour ses touristes illustres. Ce fut aussi en 1987 le nom d'un concept de sportive à quatre portes chez Chrysler. A présent, c'est également le nom du modèle le moins onéreux de la gamme Ferrari. Et il est amusant de constater qu'après la California, le constructeur a choisi d'en revenir à un nom bien plus latin.

Quand la fonction dicte la forme

Esthétiquement, la Portofino est due aux crayons du centre de style interne de Ferrari, et plus à ceux de Pininfarina comme précédemment. Elle reprend les codes stylistiques des autres modèles de la gamme, comme ses feux avant et son capot à double arète. De part et d'autre de la calandre, deux entrées d'air pour alimenter les échangeurs. Et à l'arrière, la nouvelle venue reprend les feux aux extrémités des ailes de sa devancière, tandis que le diffuseur est redessiné.

Mixant surfaces convexes et concaves, la carrosserie a été travaillée pour améliorer au maximum l'écoulement de l'air. Il en résulte un cx de 0,312, soit un gain de 6% par rapport à la California. De même, l'utilisation de nouvelles méthodes de construction permet un gain de rigidité de 35%. Pour la partie châssis, la direction hydraulique cède sa place à un modèle électrique comme sur la 812 Superfast. Et le différentiel électronique arrière E-Diff de troisième génération est couplé au système d'amortissement piloté SCM-E.

Elle soigne ses occupants

Le V8 turbocompressé gagne quarante chevaux, portant ainsi la puissance à 600 chevaux (à 7 500 trs/min). Le 0 à 100 est annoncé en 3,5 secondes, tandis que la vitesse de pointe s'établit à 320 km/h. Quant aux 760 nM de couple, un nouveau système nommé Variable Boost Management le restreint sur les deux premiers rapports, avant de le délivrer progressivement entre la troisième et la septième. Pour plus d'efficacité ? Oui, mais pas uniquement : de cette façon, les quatre derniers rapports ont pu ainsi être allongés, ce qui permet également de réduire les émissions polluantes.

Fidèle à son orientation grand tourisme, la Portofino reprend le concept de coupé-cabriolet de la California, avec son toit qui se replie dans le coffre à vitesse éclair (14 secondes). L'intérieur est également soigné, avec l'adoption d'une disposition symétrique permettant de dégager plus d'espace pour les passagers arrière. En option, les sièges avant peuvent être dotés d'un système de réglage électrique sur 18 positions. Et un nouveau déflecteur permet de réduire de 30% les flux d'air dans l'habitacle une fois le toit ôté.

La Ferrari Portofino est un modèle d'entrée de gamme, certes, mais elle n'en arbore pas moins un cheval cabré sur sa calandre. Et une voiture de Maranello, ce n'est jamais donné. Même si les tarifs n'ont pas encore été révélés, on peut s'attendre à un prix flirtant avec les 200 000 euros, l'actuelle California T en coûtant 188 000. Mais pour ce type d'auto, le montant de la douloureuse est-il vraiment un critère d'achat ?

Illustrations / Vidéo : Le Blog Auto

Pour résumer

La Ferrari Portofino fait ici sa première apparition publique. Elle remplace la California T en tant que modèle le plus abordable de la gamme, mais il faudra quoiqu'il en soit un portefeuille bien garni pour en faire l'acquisition...

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos