par La rédaction

Ford rappelle à Londres l’importance d’un accord avec l’UE

Alors que le gouvernement britannique semble prendre le chemin d’une sortie complète de l’UE et ignore les appels répétés des constructeurs automobiles, Ford tente de se rappeler au bons souvenirs de Theresa May, Première ministre britannique.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Le PDG de Ford Europe, Jim Farley, a rappelé, lors d’une conférence sur le futur de l'automobile tenue à Londres, que la recherche d’un accord était nécessaire, mais qu’en cas d’absence d’accord final, l’organisation d’une période de transition était vitale si le Royaume-Uni souhaitait voir Ford continuer à investir sur son sol.

Farley a déclaré que Ford « dépensait beaucoup d’énergie à penser et discuter sur la manière dont nous devons changer notre organisation et sur le soutien dont nous avons besoin de la part du gouvernement pour nous assurer que des problèmes ne surviennent pas. » Le constructeur possède deux usines au Royaume-Uni, une première à Dagenham à l’est de Londres et une deuxième à Bridgend au Pays de Galles. Cette dernière est déjà sous la menace d’un plan de licenciements de 1 160 salariés si les contrats actuels qui arrivent à expiration ne sont pas remplacés. Le site de Bridgend fabrique de petits moteurs essence pour Ford, ainsi que des moteurs V6 et V8 plus puissants pour Jaguar Land Rover.

Jim Farley n’a pas seulement tenu à rappeler l’importance de négocier un accord, mais aussi l’importance de rester dans l’Union douanière européenne à laquelle participe la Turquie et de conserver l’accord de libre-échange avec l’Afrique du Sud.

Ford envoie des moteurs produits au Royaume-Uni dans l’usine turque qui produit le Transit. Une fois assemblé, ce dernier est alors exporté au Royaume-Uni. Quant à l’Afrique du Sud, elle produit les Ford Ranger commercialisés au Royaume-Uni. En un mot, le PDG de Ford Europe a rappelé au gouvernement britannique la complexité d’une sortie de l’Union européenne.

Source: Reuters

Source photo: Ford

Pour résumer

Alors que le gouvernement britannique semble prendre le chemin d’une sortie complète de l’UE et ignore les appels répétés des constructeurs automobiles, Ford tente de se rappeler au bons souvenirs de Theresa May, Première ministre britannique.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.