par Joest Jonathan Ouaknine

F1: du rififi chez Williams?

Une Williams et une Team Lotus cote à cote à Shanghai. Oui, elles sont dans le même tour. Pire: Heikki Kovalainen finira par doubler Pastor Maldonado! C'est dire à quel point Williams est tombé bien bas...

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Une Williams et une Team Lotus cote à cote à Shanghai. Oui, elles sont dans le même tour. Pire: Heikki Kovalainen finira par doubler Pastor Maldonado! C'est dire à quel point Williams est tombé bien bas...

La saison 2011 débute très mal pour le team. Les deux Williams n'ont pas vu le drapeau à damier en Australie et en Malaisie. En Chine, Pastor Maldonado termine 18e et Rubens Barrichello, 13e.

Williams est actuellement 9e du championnat constructeur, avec 0 point au compteur. C'est la dernière des équipes "historiques" et sans la 13e place du Brésilien, elle pointerait derrière le Team Lotus!

Si l'on dézoome, on voit bien que Williams végète depuis des années. Les derniers titres (pilotes et constructeurs) remontent à 1997. La dernière victoire (Juan-Pablo Montoya au Brésil) à 2004. Maintenant, même le dernier podium s'éloigne: depuis l'Australie, en 2008 (avec Nico Rosberg), on a plus revu de Williams dans le top3.

L'équipe n'est plus liée à un grand constructeur et mis à part AT&T, elle n'a plus de gros sponsors.

En 2010, l'équipe a connu un léger mieux. Mais avec le remplacement de Nico Hulkenberg par un pilote payant, elle ne peut pas espérer grand chose...

Jon Tomlinson, l'aérodynamicien, serait sur un siège éjectable. On lui attribut le ratage de la FW33.

Tomlinson semble être un bouc émissaire.

Williams, c'est une belle histoire. Celle de Franck Williams, un passionné sans un sou, qui a connu une décennie de galère. A la fin des années 70, il monte enfin son équipe de F1. Un grave accident, qui l'a cloué sur un fauteuil roulant, ne l'a pas empêché de poursuivre. De 1992 à 1997, Williams a décroché 4 titres constructeurs et 4 titres pilotes.

D'ordinaire, les top teams sont bâtis sur une osmose entre pilote et team manager (cf. Ayrton Senna/Ron Dennis, Michael Schumacher/Jean Todt, Fernando Alonso/Flavio Briatore...) A contrario, chez Williams, c'était: "T'es là pour piloter! Et si t'es pas content, j'embauche X, qui est plus rapide que toi!" Presque tous les pilotes champion du monde avec Williams ont claqué la porte après leur titre!

Même chose du côté des directeurs techniques. Adrian Newey serait parti faute de pouvoir être écouté.

Avec les motoristes, les rapports étaient distants. Comme il ne pouvait pas s'impliquer davantage, BMW a préféré racheter Sauber. Et la rupture avec Toyota s'est faite avec un simple communiqué.

Bref, seuls Sir Franck Williams et Patrick Head ont le droit de prendre des décisions. Une politique qui a empêché de bâtir des relations sur le long terme.

Sam Michael est devenu directeur technique en 2004, à la condition de n'être pas qu'un simple pion.

L'Australien parle désormais de partir en fin de saison, si les résultats ne s'améliorent pas. Barrichello, qui l'a connu il y a près de 20 ans chez Jordan, veut qu'il reste. Mais quel est le futur à court-terme du Brésilien?

Ne s'oriente-t-on pas vers un départ de Michael conjugué à une retraite de Barrichello?

La rumeur évoque même un départ de Patrick Head. Il avait abandonné une partie de ses fonctions en 2004 (d'où la promotion de Michael) et il a profité de la cotation en bourse de l'écurie pour revendre l'essentiel de ses parts.

A lire également:

F1: un Canadien chez Marussia Virgin?

Team Caterham Lotus et autres scenarii possibles

Pour résumer

Une Williams et une Team Lotus cote à cote à Shanghai. Oui, elles sont dans le même tour. Pire: Heikki Kovalainen finira par doubler Pastor Maldonado! C'est dire à quel point Williams est tombé bien bas...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.