Lancer le diaporama
F1 2018 : Ferrari SF-71H 1
+3
LANCER LE DIAPORAMA
par Thibaut Emme

F1 2018 : Ferrari SF-71H

La SF-71H se pare d'une toute nouvelle robe rouge et représente une très grosse évolution par rapport à l'an passé.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Cela fait très longtemps qu'il n'y a pas eu une Ferrari entièrement rouge en formule 1. Exit le blanc hérité du cigarettier Marlboro et qui subsistait avec le logo de la Scuderia ou le sponsor Santander (parti ailleurs). L'aileron avant et le capot moteur sont rouges. La SF-71H conserve globalement la même philosophie que sa devancière mais beaucoup d'éléments changent, à commencer par l'empattement. La voiture gagnera en stabilité dans les grandes courbes ce qu'elle perdra en agilité sur certains circuits serrés comme Monaco.

L'autre point qui se voit immédiatement, c'est le travail énorme sur les pontons (photo 3 flèche verte). Déjà, l'an passé, Ferrari explorait une nouvelle voie. Ils persistent et sont même imités. De face, les ouvertures latérales sont ultra-étroites (photo 1 flèche bleue). Comme l'an dernier, les ouvertures sont encadrées par des ailettes. Visiblement, Ferrari a travaillé sur les flux à ce niveau et plusieurs ouvertures sont visibles selon l'angle de vue (photo 2 flèche bleue). Impressionnant. Certaines ouvertures sont même masquées dans le bas des pontons (photo 2 flèche verte).

Ces pontons !

Le museau conserve la même philosophie que celui de l'an passé mais, on remarque que les suspensions sont implantées différemment. Le museau possède un F-duct bien visible (photo 3 flèche bleue). Son entrée est placée en "sourire" sous le museau (photo 4 flèche bleue). L'aileron également semble être une évolution de celui de la fin 2017. Il est composé de plus de 4 plans dont les courbes sont plus complexes.

Ouvert sur ses côtés comme c'est désormais l'habitude (photo 4 flèche verte), ses montants centraux sont aussi percés de fentes (photo 4 flèche jaune) "à la Williams". Le but est comme à chaque fois de mieux "sauter" les roues avants tout en envoyant un flux aéro maximum par la partie centrale. Ce flux alimente les pontons. Ces derniers sont bardés de plans verticaux et horizontaux (photo 3 flèche verte).

Sur le haut du cockpit, le Halo intègre comme chez Williams, un appendice aérodynamique (photo 5 flèche bleue). Il sert très certainement à calmer le flux perturbé par le Halo. Surtout, il faut noter les rétroviseurs qui intègrent des ouvertures et un mini-aileron (photo 5 flèche verte dans le zoom). Très certainement pour calmer là aussi les perturbations provoquées par les rétroviseurs.

L'arme du titre ?

L'ouverture de la cheminée haute évolue. Elle s'élargit et des séparations intérieures sont apparentes (photo 6 flèche bleue). La courbure du capot semble plus prononcée que sur la SF-70H. Ensuite il se rétrécit pour augmenter le flux passant sous l'aileron. Le pied milieu est dédoublé alors que l'an passé c'était un pied unique. On notera le "T-Wing" bas (photo 6 flèche verte).

La crash-box s'habille de prolongations qui jouent les déflecteurs (photo 6 flèche jaune). Solution déjà vue l'an dernier, cela permet de rediriger le flux de l'échappement vers le haut et améliorer ainsi l'efficacité du diffuseur.

Est-ce que cette Ferrari SF-71H avec son empattement plus grand réussira à combler le petit rien qui manquait à la SF-70H pour battre régulièrement la Mercedes ? La Ferrari sera aux mains de Sebastian Vettel et de Kimi Räikkönen.

Illustration : Ferrari modifiées par Leblogauto.com

Pour résumer

La SF-71H se pare d'une toute nouvelle robe rouge et représente une très grosse évolution par rapport à l'an passé.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos