par Nicolas Meunier

Essai Toyota iQ : philosophie (1/6)

Depuis le temps que Toyota nous allchait avec sa petite citadine iQ, il nous tardait de pouvoir lessayer. Aprs un premier concept Francfort lan dernier, puis un dvoilement en deux tapes entre Genve et Paris, cette tueuse de Smart sapprte enfin dbarquer sur le march.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Au lancement, deux moteurs seront disponibles: le trois-cylindres 1,0l essence (qui peut tre accoupl une bote CVT dnomme Multitronic) et le 1,4l diesel D4-D, uniquement en bote manuelle six rapports. Lessence devrait reprsenter une part crasante du march selon Toyota: 93% en Europe et 90% en France. Par la suite (deuxime semestre 2009), un 1,33l essence viendra complter la gamme, en manuelle ou CVT.

Deux finitions seront disponibles, dj bien quipe ds la version de base: climatisation manuelle, lecteur CD MP3, verrouillage centralis, jantes alliage, neuf airbags Un quipement enrichi sur la version haute par la clim automatique, le dmarrage sans cl, le capteur de pluie et lallumage automatique des phares. Un quipement riche qui est sans doute un des prtexte pour afficher des tarifs un brin prtentieux.

Concernant le marketing, Toyota compte faire de son iQ une icne. Son ct novateur dans larchitecture peut tre un atout. Commercialement, la politique est donc proche de celle de li-Pod. Seulement deux couleurs au lancement (noir mtallis ou blanc nacr), histoire quon remarque la voiture pour son design et non par la multitude de ses possibilits de personnalisation. Une vision diamtralement oppose celle de la FIAT 500. Au-del de la politique de marketing automobile, cela est une preuve supplmentaire du ct icne de li-Pod, qui simpose aujourdhui comme LE produit design des annes 2000. Par la suite, le nuancier slargira, avec larrive dun violet amthyste (vu sur lUrban Cruiser prsent au Mondial) et enfin de tout un tas de couleurs diffrentes, plusieurs mois aprs le lancement. Une approche assez intressante, dans le sens o Toyota a choisi les bonnes couleurs pour dbuter, les non-couleurs et le prune tant la mode cet hiver.

A propos de mode, Toyota compte dfricher un nouveau segment sur le march des petites voitures. En visant justement ceux pour qui la mode et le design sont des facteurs dclenchants de lachat. Une clientle qui veut une petite voiture, mais qui nest pas prte sacrifier les prestations de conduite, dquipement ou de confort. Partant de ce principe, liQ se doit doffrir des prestations routires largement suprieures celle de la concurrence du segment B1 (Smart et FIAT 500 en tte). Cette nouvelle vision de la petite voiture (taille quivalente un segment B1, prestations dignes dun segment M1) est juge par Toyota comme un avance aussi importante que le fut la Prius, dans le dfrichement de nouveaux concepts pour la voiture de demain.

Lire galement :

Essai Toyota iQ : design et prsentation (2/6)

Essai Toyota iQ : vie bord (3/6)

Essai Toyota iQ : sur la route, version essence Multitronic (4/6)

Essai Toyota iQ : sur la route, version diesel (5/6)

Essai Toyota iQ : conclusion (6/6)

Pour résumer

Depuis le temps que Toyota nous allchait avec sa petite citadine iQ, il nous tardait de pouvoir lessayer. Aprs un premier concept Francfort lan dernier, puis un dvoilement en deux tapes entre Genve et Paris, cette tueuse de Smart sapprte enfin dbarquer sur le march.

Nicolas Meunier
Rédacteur
Nicolas Meunier

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.