par Joest Jonathan Ouaknine

Essai Saab 9-5 2,0T Aero: Survivor (1/2)

Une ère nouvelle débute pour Saab. La 9-5 inaugure à la fois le "chapitre Spyker" et la nouvelle génération de modèles. Elle méritait donc largement un essai.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Une ère nouvelle débute pour Saab. La 9-5 inaugure à la fois le "chapitre Spyker" et la nouvelle génération de modèles. Elle méritait donc largement un essai.

Saab a bien failli disparaitre en début d'année. La 9-5, présentée au salon de Francfort 2009, aurait rejoint la longue liste des "je suis sur que si elle avait été produite, elle aurait fait un malheur."

Il y a un an et demi, GM se déclarait en faillite. Pour remonter la pente, il doit lâcher du lest. Comme d'habitude, des fermetures d'usines étaient au programme. La nouveauté, c'est que GM voulait également réduire son important portefeuille de marques: Hummer, Opel, Pontiac, Saab et Saturn devaient quitter le navire. Il était reproché au constructeur Suédois des ventes en chute libre et des finances dans le rouge.

Opel fut sauvée in extremis, mais les autres semblaient condamnées. GM liquiderait sans avoir de remords. Oldsmobile a fait jurisprudence: GM peut sacrifier une marque sans que le consommateur ne se plaigne.

La suite, vous la connaissez: Victor Muller, PDG de Spyker, s'est manifesté alors que GM avait déclaré: "Tant pis pour Saab." Le constructeur Suédois eu sa deuxième chance et la 9-5 trouva finalement le chemin des concessionnaires.

A elle d'assurer la descendance! La tâche sera compliquée, car elle doit faire face à de nombreuses concurrentes. Et face aux premium Allemandes ou Anglaises, Saab souffre d'une image "d'Opel recarrossée".

La première génération de 9-5 fut lancée en 1997. Bien qu'elle fut maintes fois restylée, un remplacement s'imposait. Héritage GM oblige, la 9-5 repose sur la plateforme "Epsilon II", ce qui en fait une cousine de l'Opel Insignia.

A côté de la nouvelle, l'ancienne 9-5 prend incontestablement un coup de vieux.

La nouvelle est aussi beaucoup plus imposante: 5,01 mètres de long (+17cm), 1,87 mètres de large (+8cm) et 1,45 mètres de haut (aucun changement.)

Les normes actuelles de protection des piétons imposent des capots plongeants et des calandres inclinées. Or, curieusement, la nouvelle 9-5 possède une face avant plus massive et un capot plus horizontal.

La 9-5 inaugure la nouvelle identité stylistique de la marque. A savoir les optiques avant "blocs de glace", le pare-brise panoramique, la calandre et le montant arrière "cross de hockey" du concept-car Aero-X.

D'ordinaire, à ce niveau de gamme, les constructeurs ont peur de leur ombre et ils privilégient un style conservateur.

A contrario, Saab a joué la carte de l'audace. Impossible de confondre la 9-5 avec une autre voiture! C'est un style à la fois statutaire, chic et personnel.

On l'a dit plus haut, elle est imposante et pourtant, elle n'est pas "lourde". Il y a de nombreuses chromes et détails (comme les aérateurs derrière les roues avant, ci-dessous) et pourtant, ça n'est pas "too much". Toutes proportions gardées, on a l'impression qu'elle sort des rêveries futuristes de Sixten Sason.

Côté gamme, seule la 4 portes est disponible (un break suivra.)

Elle est proposée en 3 finitions (Linear, Vector et Aero), 3 motorisations (2,0l turbo 220ch, 2,8l T V6 300ch et 2,0l TiD 160ch), en traction ou en intégrale (XWD), en boite mécanique ou en automatique à 6 rapports. Prix: 54 740€ (hors options.)

Nous avons ici affaire à une Aero 220ch XWD BVA6. Notez que le diesel n'est pas disponible en finition Aero.

A lire également:

Essai Saab 9-5 2,0T Aero: Business class (2/2)

Pour résumer

Une ère nouvelle débute pour Saab. La 9-5 inaugure à la fois le "chapitre Spyker" et la nouvelle génération de modèles. Elle méritait donc largement un essai.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.