par La rédaction

Essai Lotus Exige Cup 260 : Orage mécanique (4/4)

Après un long (très long) moment de silence, il est temps, enfin, de mettre un terme à notre essai de la Lotus Exige Cup 260. On termine donc par le sujet qui fâche : le prix. Alors bien sur, pour se rappeler ce qui justifie le tarif de l'anglaise, n'hésitez pas à retourner voir les parties 1, 2 et 3. Puis on terminera tranquillement avec 29 photos de la belle posant devant l'un des murs d'expression d'Angers.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Après un long (très long) moment de silence, il est temps, enfin, de mettre un terme à notre essai de la Lotus Exige Cup 260. On termine donc par le sujet qui fâche : le prix. Alors bien sur, pour se rappeler ce qui justifie le tarif de l'anglaise, n'hésitez pas à retourner voir les parties 1, 2 et 3. Puis on terminera tranquillement avec 29 photos de la belle posant devant l'un des murs d'expression d'Angers.

4 - Tarifs, conclusion et galerie photos (29 images)

Donc. Le prix... C'est sur, dans l'absolu, le rapport prix / technologie frise le ridicule. Car sans option, la voiture est déjà facturée 67 950 euros par Lotus. Pour 3 600 euros supplémentaires, vous aurez le droit à l'autobloquant et à la climatisation (deux options à peu près indispensables). Les peintures de guerre ("Lifestyle paint") de notre exemplaire nécessitent quant à elles d'ajouter 1 425 euros.

Ici, je devrais vous dire quelque chose qui commencerait par "La concurrence que la Lotus doit affronter..." mais depuis 1h que je tourne en rond, je m'aperçois qu'aucune comparaison ne peut convenir. Si c'est au prix que l'on s'intéresse, on tombe sur la Corvette C6 de dernière génération mais côté performance on trouve également sur notre route des supercars facturées plus du double.

La raison de cet échec est simple : aucune autre voiture de course n'a le droit de circuler sur la route ! L'Exige Cup 260 évolue tout simplement dans une autre galaxie. J'exclue ici volontairement les Westfield XTR2, Ariel Atom et Lotus 2-Eleven, se battant toutes les trois dans la même catégorie, un peu plus loin dans l'hyperespace...

Prendre le volant d'un tel engin sur la route est une expérience unique. Une injection d'adrénaline pure, directement dans le coeur. Et lorsque l'on est collé au siège, les défauts sont immédiatement pardonnés. Croyez-moi, l'anglaise vaut largement le moindre de ses centimes.

Les + :

Boîte de vitesse et commande de boîte, performances, châssis, direction, comportement, moteur.

Les - (il faut bien en trouver):

Rapport prix / équipement, confort.

Un immense merci à Laurent Guerin et Raymond Duriez du garage GT Passion à Pellouailles les Vignes (près d'Angers dans le Maine-et-Loire) pour le prêt de la Lotus. Le mur d'expression se trouve sur le parking de la salle de concert du Chabada à Angers (Et non, je n'ai pas eu de places gratuites).

A voir également : essai Lotus Exige Cup 260 première partie, deuxième partie et troisième partie ainsi que l'Exige Cup 255 au Paul Ricard.

Pour résumer

Après un long (très long) moment de silence, il est temps, enfin, de mettre un terme à notre essai de la Lotus Exige Cup 260. On termine donc par le sujet qui fâche : le prix. Alors bien sur, pour se rappeler ce qui justifie le tarif de l'anglaise, n'hésitez pas à retourner voir les parties 1, 2 et 3. Puis on terminera tranquillement avec 29 photos de la belle posant devant l'un des murs d'expression d'Angers.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.