par La rédaction

Essai Lotus Exige Cup 260 : Orage mécanique (1/4)

Prendre le volant d'une Audi S8 sur les petites routes, malgré l'efficacité générale de la voiture et le confort royal de l'habitacle, laisse un sentiment d'inachevé. On en sort avec la conviction qu'une auto plus adaptée à ce format doit exister quelque part. Et un jour, quelqu'un nous tend les clés d'une Lotus Exige Cup 260.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Prendre le volant d'une Audi S8 sur les petites routes, malgré l'efficacité générale de la voiture et le confort royal de l'habitacle, laisse un sentiment d'inachevé. On en sort avec la conviction qu'une auto plus adaptée à ce format doit exister quelque part. Et un jour, quelqu'un nous tend les clés d'une Lotus Exige Cup 260.

 1 - Présentation, design

Elle est loin, la bouille tout en rondeurs de la petite Elise Mk1. Sortie en 1996, l'Elise perpétue la tradition du "light is right" de Colin Chapman : le 4 cylindres de 122 chevaux d'origine Rover suffit en effet largement à propulser ses 700 kilos...

En 2001 sort la Mk2. Visage remodelé pour des lignes plus agressives et arrivée du bloc Toyota 1,8 litres sur la version "111 R" sont les changements les plus notables. L'Exige, version fermée et "coursifiée" de l'Elise, subit le même traitement et se targue désormais de développer 192 chevaux (au lieu des 179 du bloc Rover de la Mk1).

En 2003, l'Exige S fait son apparition. Épaulé par un compresseur, le 4 cylindres Toyota y affiche 221 chevaux pour un poids de 875 kilos à vide ! C'est déjà pas mal, mais pour ceux qui trouve ça tout de même trop peu, Lotus propose également un "pack performance"  qui dope la mécanique afin d'atteindre les 243 chevaux...

Au dessus, on retrouve donc la version Cup 260. Comme son nom l'indique, celle-ci a vu son electronique retravaillée afin de développer 260 chevaux pour 925 kilos ! Cerise sur le gâteau, plus besoin de plateau pour aller de la maison à la piste : elle bénéficie en effet d'une homologation routière européenne. C'est donc tout simplement une voiture de course pour la route que l'on à sous les yeux...

Et quel look ! Lignes acérés, prise d'air sur le toit, énorme aileron et extracteur d'air font parti de la dotation de base de l'Exige. Les jantes noires de 16 pouces sur lesquelles prennent place des pneus à gomme tendre contrastent avec la carrosserie orange à bandes bleues de notre modèle d'essai. Succès assuré aux feux rouges où les appareils photos et les pouces levés s'accumulent. Pour ce qui est du "qu'est ce que c'est ?" en revanche, la question ne tient pas avec notre Exige : les logos "Lotus Motorsport" ne sont pas franchement discrets. Mais qu'on se le dise, les couleurs fluo sont celles qui vont le mieux à la petite bombe. Quitte à être dans l'ostentatoire, autant l'assumer jusqu'au bout, non ?

Et avec une autre couleur, mon titre serait complètement tombé à l'eau...

En attendant de s'installer à l'intérieur et de s'attaquer aux départementales, vous pouvez toujours retourner jeter un oeil à l'Exige Cup sur le Paul Ricard.

Pour résumer

Prendre le volant d'une Audi S8 sur les petites routes, malgré l'efficacité générale de la voiture et le confort royal de l'habitacle, laisse un sentiment d'inachevé. On en sort avec la conviction qu'une auto plus adaptée à ce format doit exister quelque part. Et un jour, quelqu'un nous tend les clés d'une Lotus Exige Cup 260.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.