par Nicolas Meunier

Essai Citroën C3 Picasso : Sur la route, versions essence (4/5)

Bien que le marché français soit essentiellement tourné vers le diesel, Citroën ne pouvait ignorer la clientèle à la recherche d’un modèle essence. C’est ainsi que PSA a implanté sous le capot du C3 Picasso les moteurs VTI, conçus en partenariat avec BMW.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

VTI 95

L’essai de cette version essence d’entrée de gamme nous a permis de tester une finition Confort. Ce qui nous fait constater que le style reste attractif, malgré les jantes d’une dimension inférieure et les tissus intérieurs non entourés de cuir. L’intérieur reste très agréable et accueillant.

Sur la route, ce petit moteur essence se montre plutôt à son aise, même s’il réclame de jouer un peu du levier de vitesse. Il présente l’avantage d’être plein à tous les régimes et assez doux dans son fonctionnement. Ici, et contrairement à la version diesel HDI 110, la commande de boîte est apparue très agréable, intuitive et douce. L’essai sur routes tortueuses nous a confirmé le bien qu’on pensait du comportement du C3 Picasso, sain et prévenant en toutes circonstances.

VTI 120

Ici encore, Citroën nous avait réservé une version haut de gamme Exclusive avec Black Pack. Sur les premiers mètres, en ville, la différence avec le VTI 95 n’est pas flagrante. En effet, le 120 se comporte presque de manière identique. Il est souverain en ville comme son petit frère. Ce n’est que sur route et autoroute que les 120ch se révèlent réellement, autorisant des performances honorables, à même de tracter le poids du C3 Picasso.

Pour les longs parcours, c’est ce moteur qui semble le plus indiqué, le plus agréable. Plus performant que le HDI 110 et disposant d’une commande de boîte bien plus agréable, il sied parfaitement au C3 Picasso. Par contre, et c’est un reproche qu’on peut faire à toutes les autres versions, l’insonorisation n’est extraordinaire. Que ce soit le bruit du moteur à l’accélération ou les bruits aérodynamiques sur autoroute, on a connu plus discret. Mais c’est un des rares reproches qu’on peut faire à ce monospace très homogène en VTI 120.

Lire également :

Essai Citroën C3 Picasso : Présentation & Style

Essai Citroën C3 Picasso : Vie à bord

Essai Citroën C3 Picasso : Sur la route, HDI 110

Pour résumer

Bien que le marché français soit essentiellement tourné vers le diesel, Citroën ne pouvait ignorer la clientèle à la recherche d’un modèle essence. C’est ainsi que PSA a implanté sous le capot du C3 Picasso les moteurs VTI, conçus en partenariat avec BMW.

Nicolas Meunier
Rédacteur
Nicolas Meunier

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.