par Elisabeth Studer

Continental : scandale autour de pièces de climatisation contaminées

Selon le très sérieux journal allemand "Der Spiegel", l'équipementier allemand Continental aurait fourni des millions de systèmes de climatisation à BMW, Mercedes, VW et Renault, entre autres, dont les systèmes contenaient trop de particules impures. Dans certains cas, près de 70 % du volume de production aurait été contaminé.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Continental : manipulation à gogo

Depuis des années, l'équipementier automobile Continental n'a apparemment pas été en mesure de répondre aux spécifications de qualité des constructeurs automobiles en ce qui concerne les durites de liquide de refroidissement.

Selon les informations du « Spiegel », des tests ont ensuite été manipulés à grande échelle afin de masquer les défauts. Conti a déjà ouvert une enquête interne à ce sujet. Les dirigeants auraient été au courant des manipulations et les auraient tolérées.

D’après les données recueillies par le journal allemand, fin 2021, 69,1 % de la production en série présentait trop de résidus de poussière et de pièces métalliques.

Conti admet des "déviations"

À la demande du magazine d'information, Continental a confirmé "des déviations dans les systèmes de conduite de climatisation". Le fournisseur assure toutefois qu'il n'y a eu "à aucun moment de danger pour les occupants du véhicule, la sécurité routière ou l'environnement". Comme les durites sont installés dans un circuit de climatisation fermé, les particules de saleté ne peuvent pas pénétrer dans l'air intérieur des véhicules argumente-t-il.

Continental aurait déjà tiré les conséquences

"Des conséquences personnelles et techniques" ont déjà été tirées, poursuit le groupe, ajoutant qu’"en fonction des résultats de l'enquête, d'autres pourraient suivre". Les clients concernés et les autorités responsables ont été "immédiatement informés". Selon Der Spiegel, Conti a également informé le parquet de Hanovre lui-même.

Les cadres impliqués

Les incidents se sont produits entre 2006 et fin 2021 chez les plasturgistes du groupe : Contitech. Selon le journal, les dirigeants étaient apparemment au courant de la manipulation des tests. Dans le cadre de l'enquête interne, les noms d'une vingtaine de personnes susceptibles d'être impliquées dans l'affaire seraient répertoriés. Le site roumain de Timișoara est particulièrement visé, mais aussi l'usine désormais fermée d'Oppenweiler (Bade-Wurtemberg).

En 2008, Contitech a basculé ses tests de qualité vers un nouveau processus automatisé. Ses résultats plus précis ont apparemment rendu visibles les problèmes de qualité en premier lieu. Les responsables qualité de Contitech auraient alors remplacé les résultats négatifs par des résultats positifs. Selon le rapport, les testeurs n’ont parfois pas diffusé les résultats négatifs, ne documentant que les bons.

Continental aurait négocié des permis de déviation

Le problème ne pouvant être résolu d'aucune autre manière, Conti a essayé de négocier des permis dits de déviation avec ses principaux clients. Plusieurs d’entre eux auraient accepté.

Finalement, cependant, les employés de Contitech ont signalé les irrégularités dans le contrôle de la qualité. Un employé de Timișoara a ensuite avoué les manipulations fin 2021. Certains des clients auraient apparemment déjà remarqué quelque chose avant que la supercherie n’apparaisse aux grands jours. Comme l'écrit le « Spiegel », un grand fabricant a examiné les composants de plus près parce que certains systèmes de climatisation « sont tombés en panne prématurément » – ils ont alors trouvé de la saleté dans les durites.

Notre avis, par leblogauto.com

Ce nouveau scandale voit le jour alors qu’il y a déjà un an, Continental faisait la une des journaux dans le cadre du scandale du Dieselgate. Les enquêtes internes sur son implication dans l'affaire Volkswagen sont toujours en cours. Le parquet enquête également sur l'éventuelle implication d'employés de l’équipementier.

Sources : Der Spiegel

Pour résumer

Selon le journal allemand "Der Spiegel", l'équipementier allemand Continental aurait fourni des millions de systèmes de climatisation à BMW, Mercedes, VW et Renault, entre autres, dont les systèmes contenaient trop de particules impures. Dans certains cas, près de 70 % du volume de production aurait été contaminé.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.