par Nicolas Morlet

Citroën DS5 : le Grand Tourisme selon Citroën

C’est donc à Shanghai que Citroën a révélé le troisième larron de sa famille «distinctive» : la DS5. Conçue pour «redéfinir les codes du segment D», celui des voitures familiales, l’auto se veut dynamique dans ses traits, pratique dans ses formes.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

C’est en tout cas ce qui ressort de la conférence de presse diffusée en direct sur Facebook. Jean-Pïerre Ploué, directeur du design, et Vincent Besson, chef de produit, ont eux-mêmes défini la voiture comme «une véritable descendante de la DS dans ses traits et son innovation, le renouveau de l’esprit Grand Tourisme», n’hésitant pas même à employer des expressions peu usitées lorsqu’on parle de ce segment comme «donner du rêve», «stimuler l’imaginaire» ou «donner la sensation de conduire une voiture d’exception». Voilà pour le discours bien rôdé de la marque aux Chevrons.

Dans les faits, la DS5 s’apparente à un mélange de coupé, de break et de monospace, avec ses 4,53 mètres de long pour 1,85 de large mais seulement 1,50 de haut. Sa ligne de caisse assez haute, ses surfaces vitrées profilées et son pavillon plongeant le confirment d’ailleurs et s'inspirent largement du concept C-Sportlounge de 2005. Des traits tendus donc, relevés de détails stylistiques qui ne plairont sans doute pas à tout le monde comme le jonc chromé remontant des blocs optiques avant au montant A.

L’habitacle se veut quand à lui «habitable et audacieux», avec notamment cinq vraies places et un coffre de 465 litres, et la qualité de fabrication devrait encore faire un pas en avant par rapport aux dernières C4 et DS4 pour ainsi se placer au meilleur niveau de la catégorie. En option, il sera en outre possible d’opter pour du cuir pleine fleur à marier à divers types d’inserts..

En matière d’équipement, Citroën donne à la DS5 les moyens de ses ambitions, avec des dispositifs comme la gestion automatique des feux de route, l’affichage tête-haute et une nouvelle génération de dispositif d’alerte de franchissement involontaire de ligne appelé «Afil vidéo».

Côté motorisations, la DS5 s’affirme également, avec des blocs essence 1.6 THP de 155 et 200 chevaux, le premier étant uniquement livrable en boîte automatique à six rapports et le second, au contraire, uniquement en boîte manuelle, à six rapports toujours. En diesel, le 2.0HDI 160 se voit proposé en BVA comme en BVM, tandis que le 1.6 HDI 110 n’est proposé qu’avec le dispositif e-HDI. Enfin, la DS5 aura bien entendu droit à sa version hybride grâce au système Hybrid4 associant le moteur 2.0HDI de 163 chevaux à un bloc électrique de 37 chevaux dont les rejets de CO2 sont annoncés à 99gr/km.

Commercialisée en fin d’année, la DS5 sera la première DS fabriquée en Chine. Elle est exposée à Shanghai dans une déclinaison unique White Pearl associant une robe extérieure «toute en nuances de chrome grisé et de laque sombre» à un habitacle «conçu dans un esprit lounge aux tonalités chaudes». Tout un programme !

[zenphotopress album=11341 sort=random number=8]

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

C’est donc à Shanghai que Citroën a révélé le troisième larron de sa famille «distinctive» : la DS5. Conçue pour «redéfinir les codes du segment D», celui des voitures familiales, l’auto se veut dynamique dans ses traits, pratique dans ses formes.

Nicolas Morlet
Rédacteur
Nicolas Morlet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.