par Joest Jonathan Ouaknine

Chine: sortie de route pour Volvo trucks

La Chine, nouvel eldorado de l'automobile? Pas si sur. sa joint-venture locale.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

La Chine, nouvel eldorado de l'automobile? Pas si sur. Après Daihatsu, c'est au tour de Volvo Trucks d'annoncer qu'il fait ses valises et qu'il va dissoudre sa joint-venture locale.

Volvo Trucks et la Chine, c'était une longue histoire d'amour. Dés 1935, des châssis étaient exportés dans le pays:

Le constructeur a même visiblement tenté d'y vendre des camions, à l'époque de Mao:

Il faudra néanmoins attendre 1992 pour que le constructeur ne fasse son grand retour.

En 2003, après 9 ans de négociation, il s'associait avec Sinotruk, l'un des leaders Chinois. Avec un budget d'1,6 milliards de yuans (165 millions d'euros), ils créaient une joint-venture, Jinan China Truck.

A l'époque, Volvo Trucks voyait grand: 1,5 millions de poids-lourds, à l'horizon 2010 et des ventes à travers tout le continent Asiatique.

Le prix moyen d'un camion Chinois est de 100 000 yuans (10 300€.) Un Volvo Trucks made in China est vendu 600 000 yuans (62 000€.) Certes, le Volvo "made in China" est beaucoup plus moderne, moins polluant et plus sur que la concurrence. Mais le ticket de caisse fait fuir les transporteurs. Ceci explique des ventes 2008 de seulement 10 000 unités, malgré l'utilisation de mannequins affriolants dans les salons (ci-dessous.)

Le constructeur Suédois s'impatientait. L'arrivée du concurrent MAN au capital de Sinotruk l'oblige à partir. Mais il était évident que cela l'arrange bien, car cela lui fournit un prétexte.

Source:

Auto.sohu

A lire également:

Chine: MAN au chevet de Sinotruk

Bientôt une “Logan des camions”?

Pour résumer

La Chine, nouvel eldorado de l'automobile? Pas si sur. sa joint-venture locale.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.