par Joest Jonathan Ouaknine

ChangAn-ChangHe: bientôt le mariage?

Lors du salon de Pékin, tout le monde se demandait quelle sera la prochaine fusion-acquisition dans le secteur automobile Chinois. Un journaliste d'Auto.sina en proie à des hallucinations évoquait le rachat de ChangFeng et ChangAn par FAW! Une rumeur plus sérieuse parle d'une absorption de ChangHe par ChangAn.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Lors du salon de Pékin, tout le monde se demandait quelle sera la prochaine fusion-acquisition dans le secteur automobile Chinois. Un journaliste d'Auto.sina en proie à des hallucinations évoquait le rachat de ChangFeng et ChangAn par FAW! Une rumeur plus sérieuse parle d'une absorption de ChangHe par ChangAn.

Je vous avais présenté ChangAn ici. ChangHe fut fondé dans les années 80 pour produire des minivans Suzuki (comme ChangAn.) En 1999, Suzuki a passé la deuxième avec une joint-venture. En 2003, ChangHe a lancé une citadine dessinée par Bertone, l'Ideal, sur base Suzuki.

Ce serait justement le constructeur Japonais qui serait à l'origine de la fusion. Il a monté une joint-venture avec ChangAn, une autre avec ChangHe. C'était cohérent dans les années 90, lorsqu'aucun constructeur ne possédait une implantation nationale et que la demande était largement supérieure à l'offre. Aujourd'hui, Suzuki se retrouve avec deux partenaires qui se tirent dans les pattes et une image brouillée. S'ils fusionnaient, il n'aurait plus qu'un seul partenaire et un seul réseau.

Derrière cette fusion, il y aurait également Pékin. C'est bien connu, le gouvernement veut que les constructeurs leurs forces et que des "grands" émergent. Par ailleurs, il faut savoir que ChangHe appartient à la China Aviation Industry Corporation II. Le fait de rattacher des constructeurs automobiles à des firmes d'aéronautiques ou d'armement est une pratique d'origine Soviétique. La China Aviation Industry Corporation II détient également Hafei, mais ChangHe et Hafei ne collaborent pas. Le gouvernement Chinois rêve d'avoir son propre constructeur d'avions. Pour commencer, il a passé une grosse commande d'Airbus A320 à condition qu'une partie des avions soient fabriqués en Chine (Boeing avait refusé de produire là-bas et il a perdu l'appel d'offres.) A terme, Pékin envisage des avions "inspirés" des Airbus. Mais cela demande d'énormes moyens financiers. Les équipementiers aéronautiques Chinois sont priés de céder leurs parts dans des entreprises n'ayant rien à voir avec ce secteur. D'où la revente d'Hafei. Et donc, logiquement, celle de ChangHe...

Zhou Ning, le PDG de ChangHe, dément toute discussion avec ChangAn. D'après lui, la seule chose qui est dans les tuyaux, ce sont deux nouveaux modèles créés par ChangHe et une autre Suzuki. Mais il suffit de se rappeler comment il y a quelques mois, les officiels de Nanjing traitaient d'affabulateurs les journalistes qui parlaient d'un rachat de Nanjing par SAIC et pourtant, 6 mois plus tard...

Source:

Auto.sina

A lire également:

Hafei-Peugeot-DongFeng: finalement c'est oui!

Ecologie: Changhe doit envoyer ses voitures à la casse

ChangAn, une marque Chinoise

Pour résumer

Lors du salon de Pékin, tout le monde se demandait quelle sera la prochaine fusion-acquisition dans le secteur automobile Chinois. Un journaliste d'Auto.sina en proie à des hallucinations évoquait le rachat de ChangFeng et ChangAn par FAW! Une rumeur plus sérieuse parle d'une absorption de ChangHe par ChangAn.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.