par Elisabeth Studer

Cession du site Smart à Ineos : l'Etat veut des emplois pérennes

La ministre déléguée à l'industrie, Agnès Pannier-Runacher, a insisté jeudi sur la vigilance de l'Etat quant à la "pérennité des emplois" du site Smart d'Hambach, racheté en décembre dernier par Ineos. Le gouvernement laissant ainsi entendre qu'il convenait de surveiller de prêt le dossier ....  quelques doutes étant permis ...

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

La ministre déléguée à l'industrie, Agnès Pannier-Runacher, a insisté jeudi sur la vigilance de l'Etat quant à la "pérennité des emplois" du site Smart d'Hambach, racheté en décembre dernier par Ineos. Le gouvernement laissant ainsi entendre qu'il convenait de surveiller de prêt le dossier ....  quelques doutes étant permis ...

Le gouevrnement sera vigilant sur la pérennité des emplois

"Le gouvernement sera vigilant pour que les engagements qui ont été pris permettent la pérennité des emplois industriels", a déclaré la ministre déléguée, entourée des dirigeants de Smart et d'Ineos.

Pour rappel, dans le cadre de l'opération, Daimler - maison mère de Smart - doit transférer l'ensemble des emplois du site et ceux de certains partenaires, soit au total 1.300 personnes, chez Ineos.

Mise en place d'un Comité de suivi

"En accord avec Daimler et Ineos, un comité de suivi sera mis en place et rassemblera l'ensemble des parties prenantes pour faire le point sur l'activité qui reste confiée par Daimler sur le site, ainsi que la montée en charge des projets du Grenadier" d'Ineos, a indiqué la ministre.

Ce comité se réunira pour la première fois au premier semestre de cette année, puis deux fois par an jusqu'en 2024. Date à laquelle prendra fin l'engagement de Daimler sur le maintien d'activités sur le site.

90 millions d'euros provisionnés dans un contexte tendu lié au Covid

Selon la ministre, 90 millions d'euros ont été provisionnés au cas où les volumes de production "ne seraient pas au rendez-vous", en raison du contexte économique engendré par la crise sanitaire.

Ineos confirme son ambition pour le site d'Hambach

Les dirigeants d'Ineos ont quant à eux eux affirmé leur ambition de transformer le site de Hambach dans les prochains mois. Objectif : produire le premier véhicule du groupe, le 4x4 Grenadier pour une commercialisation dès 2022, et une production annuelle de 3 0.000 à 35.000 exemplaires.

"2021 est une année très importante pour nous, car nous nous dirigeons vers le lancement de notre véhicule, et disposer d'un site comme ici à Hambach nous donne les moyens de concrétiser nos espoirs", a déclaré Dirk Heilmann, le PDG de la branche Ineos.

Notre avis, par leblogauto.com

En novembre 2020,  les membres du CSE  (Comité social et économique) de l’usine Smart à Hambach avait certes remis un avis consultatif favorable à la reprise du site par l'entreprise britannique.

Soulignant que  l’arrivée d’Ineos avait "le mérite de sauvegarder les emplois du site" et que les engagements d’Ineos "sur les ressources humaines" étaient "appréciables", ils tenaient néanmoins à relever que "la durée de continuité de l’emploi pour l’ensemble des salariés" n’était "assurée au mieux que jusqu’à avril 2024".

Si certes, les membres du CSE sont satisfaits qu’un repreneur puisse être retrouvé, ils redoutent toutefois que l’avenir du site ne soit pas aussi rose qu’ils pourraient l’espérer. L’emploi est en effet assuré ... sous réserve du succès des véhicules produits. Au delà de l’aspect écologique, la fabrication locale d’un 4 x 4 aux émissions polluantes non négligeable n’est pas faite pour les rassurer.

Pour résumer

La ministre déléguée à l'industrie, Agnès Pannier-Runacher, a insisté jeudi sur la vigilance de l'Etat quant à la "pérennité des emplois" du site Smart d'Hambach, racheté en décembre dernier par Ineos. Le gouvernement laissant ainsi entendre qu'il convenait de surveiller de prêt le dossier ....  quelques doutes étant permis ...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.