par Elisabeth Studer

Carburant/Macron : appel aux responsabilités … sauf celle du gouvernement

Face à la pénurie de carburants générée par la grève des salariés de TotalEnergies et Exxon Mobil, Emmanuel Macron prend la parole … et se fâche.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Emmanuel Macron en appelle à la responsabilité des deux parties

Emmanuel Macron a appelé lundi les directions des groupes pétroliers et les syndicats à "la responsabilité".

"Je souhaite qu'une issue puisse être trouvée, une conclusion rapide des négociations" et "j'appelle l'ensemble des entreprises concernées et les salariés à un esprit de responsabilité", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'un déplacement à Château-Gontier (Mayenne).

Le gouvernement a eu raison de faire pression sur tous les acteurs

"J'ai demandé à la Première ministre et aux ministres compétents d'échanger avec les responsables concernés, les entreprises et les syndicats", a ajouté le Chef de l’Etat, en estimant que le gouvernement avait "eu raison de faire pression sur tous les acteurs".

Appel aux responsabilités …. sauf celle du gouvernement ….

Anticipant les critiques, Emmanuel Macron a insisté sur le fait que la situation de pénuries de carburants observée dans presque un tiers des stations-service de l’Hexagone n'était "pas liée à la guerre du tout » et qu’elle n'était « pas le fait du gouvernement".

Tentant ainsi de calmer les tensions et l’exaspération des Français alors que les prix de l’énergie ne cessent d’augmenter, en raison cette fois-ci de la guerre menée par la Russie en Ukraine.

"Les négociations salariales sont toutes légitimes et il ne m'appartient pas d'en juger. Mais il faut qu'elles (les parties) trouvent une conclusion pour que ce ne soit pas nos compatriotes qui en soient les victimes", selon lui.

Car, a-t-il poursuivi, "il ne faut pas qu'on soit dans un pays où on considère que c'est au gouvernement de tout faire".

"Je vous entends chaque jour dire +il faut du dialogue social, il faut du dialogue social+" et "c'est un peu facile de dire que, dès qu'il y a un problème, c'est la faute du président de la République, de la Première ministre ou des ministres".

Le blocage, pas une façon de négocier selon Macron

"Le blocage, ce n'est pas une façon de négocier", a ajouté Emmanuel Macron. Des propos qui interviennent alors que le mouvement de grève pour les salaires chez TotalEnergies a été reconduit jusqu'à mardi et étendu à une quinzaine de stations-service autoroutières du réseau Argedis, filiale du groupe, selon des sources syndicales.

Sources : AFP

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Face à la pénurie de carburants générée par la grève des salariés de TotalEnergies et Exxon Mobil, Emmanuel Macron prend la parole … et se fâche.
Il faut dire que le jour de la manifestation pour le maintien du pouvoir d’achat arrive à grands pas (les quatre composantes de la Nupes marcheront le 16 octobre prochain, à Paris, contre la vie chère et l'inaction climatique)
… et que le gouvernement redoute une mobilisation d’une ampleur de celle observée lors du mouvement des gilets jaunes … le tout sous fond de négociation sur les retraites et la reprise du Covid … et j'en passe ...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.