par Le Blog Auto

Budget : quel est le risque à espacer les révisions ?

Nos voitures modernes ont des intervalles de révision mécanique de plus en plus importants. Pour autant, il peut être tentant de ne pas faire la révision au kilométrage ou au temps préconisés. Que risque-t-on à faire cela ?

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Il y a encore vingt ou trente ans, il était courant d’avoir à faire une vidange ou une révision tous les 10 000 km sur son automobile. Il faut dire que certains organes n’étaient pas forcément aussi fiables que maintenant, et certaines technologies faisaient leurs grands débuts. Passer au garage plus d’une fois par an en moyenne, cela revenait vite cher.

Désormais, avec la fiabilisation des moteurs, et des éléments mécaniques, on trouve de plus en plus d’intervalles de révision à 20 000 km, voire 30 000 km. Ces distances parcourues sont des maximums et rien ne vous empêche de passer plus souvent voir votre garagiste préféré. C’est notamment valable si vous faites de courts trajets à froid, en zone urbaine, etc. Les intervalles en distance sont aussi accompagnés d’intervalles de temps, en mois. C’est au premier des deux termes échus qu’il faut prendre rendez-vous pour une révision.

Pourquoi faire une révision ?

La révision permet de vérifier différents points de contrôles sur votre véhicule. Outre le moteur (huile, divers filtres, différents niveaux de liquides, pollution, etc.), il y a aussi les trains roulants (suspensions, biellettes de direction, freins, etc.) et plus généralement l’état de la voiture (éclairage, carrosserie, parebrise, etc.) à vérifier régulièrement. Cela peut vous éviter un accident, une panne, et donc, des frais à venir.

Avoir à faire une coûteuse réparation pour avoir négligé ou volontairement dépassé une révision n’est pas du bon sens. Certaines assurances peuvent même prendre ce prétexte pour diminuer votre couverture ou carrément ne plus vous assurer si cette négligence est à l’origine d’un accident par exemple.

C’est également un mauvais calcul en vue d’une revente éventuelle du véhicule. Un entretien régulier et documenté sera un gage pour l’acheteur qui ne mégotera donc pas sur le prix. En clair, ne pas faire une révision de la voiture est un risque physique, mais aussi financier important. Un entretien régulier, c’est aussi l’assurance de passer les contrôles techniques plus sereinement.

Un prix modéré

Le calcul est d’autant plus mauvais que, ramené à la distance parcourue, le prix des révisions est finalement plutôt modeste sur les modèles les plus courants. Un moteur Diesel moderne avec une révision tous les 30 000 km ou 2 ans se fera réviser pour environ 150 €. Le prix varie selon les garages, les centres autos, et les éventuelles promotions. Tous suivent les préconisations techniques du constructeur et sauf mauvaise surprise, il n’y a pas plus d’intérêt à aller chez un garage qui vous demande 180 € plutôt qu’un qui vous demander 130 € pour le même travail.

150 euros pour un intervalle de 2 ans c’est 75 € par an, ou 6,25 € par mois à mettre de côté pour payer la révision. Ramené aux kilomètres parcourus, le prix n’est que 0,5 centime. Une paille dans le budget automobile moyen en France.

Evidemment, certains modèles peuvent demander des révisions plus fréquentes, qui peuvent aussi être plus chères. C’est souvent le cas des moteurs sportifs à essence qui vont demander un entretien minutieux pour fonctionner à haut régime. Mais, tout le monde ne roule pas en Ferrari 488 GTB avec des entretiens annuels à faire pour environ 1500 € (en moyenne entre petit et grand entretien).

Pour résumer

Nos voitures modernes ont des intervalles de révision mécanique de plus en plus importants. Pour autant, il peut être tentant de ne pas faire la révision au kilométrage ou au temps préconisés. Que risque-t-on à faire cela ?

Le Blog Auto
Rédacteur
Le Blog Auto

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.