par Nicolas Anderbegani

Un brevet Ferrari pour une supercar 100% électrique

Les puristes von devoir s’y préparer. Après le Purosangue qui marquera l’entrée -sacrilège pour les inconditionnels – du cheval cabré dans le segment des SUV, Ferrari prépare doucement mais sûrement son arrivée dans le tout-électrique. Des brevets fraîchement déposés à l’office européen en attestent.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

La première voiture du cheval cabré 100% électrique existera bien, mais pas avant 2025 comme l’a confirmé le Pdg Louis Camilleri. Ferrari ne veut ni brusquer les esprits ni précipiter la mise en production, le temps d’éprouver les technologies afin qu’elles ne compromettent pas l’ADN sportif des bolides de Maranello. La vitesse, la recharge, l’autonomie sont autant de composantes qui doivent encore progresser et offrir des performances optimales, Ferrari ne pouvant se permettre de décevoir.

Si Ferrari veut préserver ses fondamentaux – le V12 doit encore vivre- la marque n’en est pas moins un constructeur qui doit coller à son temps, à la concurrence et répondre à des exigences commerciales. Un nouveau brevet, dont la demande d’étude faite par le constructeur remonte à juillet 2019, a été entériné le 22 janvier 2020 à l’Office européen des brevets. Ces documents révèlent l'adoption d’une architecture à quatre moteurs électriques indépendants, permettant assurément une excellente gestion du couple et des performances de tout premier ordre. Le document décrit notamment « quatre roues motrices et quatre moteurs électriques réversibles, dont chacun est mécaniquement entièrement indépendant des autres et possède un arbre relié directement à une roue d'entraînement correspondante ».

Le modèle, typé GT, n’aurait que deux places, l’arrière étant dévolu à la batterie. Autre point, l’architecture, clairement définie comme « modulaire », permettrait une adaptabilité pour des modèles hybrides. La description évoque un essieu électrique avant et/ou arrière, comprenant un générateur de moteur électrique (EM sur l'illustration) et un train d'engrenages enfermé dans un carter de boîte de vitesses (GTC sur l'illustration), l'essieu électrique avant étant disposé en T et l'essieu électrique arrière disposé en U.

Notre avis, par leblogauto.com

On peut faire confiance à Ferrari pour sortir le grand jeu. Suffisant pour nous électriser ? La solution corrobore le souhait fait par Ferrari d’électrifier sa gamme de supercars, à hauteur de 60% voire 70% des modèles vendus dans les années qui viennent. Ce processus a commencé avec la nouvelle SF90 Stradale qui fait office de premier modèle plug-in hybride conçu par le cheval cabré.

Source : office européen des brevets

Pour résumer

Les puristes von devoir s’y préparer. Après le Purosangue qui marquera l’entrée -sacrilège pour les inconditionnels – du cheval cabré dans le segment des SUV, Ferrari prépare doucement mais sûrement son arrivée dans le tout-électrique. Des brevets fraîchement déposés à l’office européen en attestent.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.