par Frederic Papkoff

Brève rencontre : Lamborghini Espada

Au salon de Genève 1968, Ferrucio Lamborghini créée l'événement en lançant l'Espada, un coupé 4 places doté du moteur V12 de la Miura. Le style est signé par le studio Bertone qui s'est inspiré du prototype Marzal, signé en 1967 par Marcello Gandini. L'allure général du concept est conservée, avec un moteur désormais placé à l'avant et des surfaces vitrées latérales au dessin plus conventionnel.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Le style de ce coupé paraissait à l'époque très futuriste avec son long capot et son hayon quasiment horizontal. Avec ses 4m738 de long et 1m860 de large, l'Espada ménage un espace habitable correct pour quatre passagers, avec un bon accès aux places arrière. A l'époque, les concurrents ne peuvent lui opposer que des modèles 2+2, comme par exemple la Ferrari 365 GT 2+2 puis la GT4 2+2. Parmi ses concurrentes jusqu'à son arrêt en 1978, on peut citer les DeTomaso Longchamp, Monteverdi 375L, Iso Rivolta, Maserati Mexico ou Kyalami.

D'autant que son moteur est le V12 60° de 4.0 à six carburateurs double corps issu de la Miura, associé à une boîte à 5 rapports, elle aussi à l'avant. Une mécanique qui fut également exploitée par l'Islero. Certes, sa puissance est limitée à 325 ch contre 350 en position centrale arrière dans la Miura LP400, mais cela permet à l'engin de flirter avec les 240 km/h. Une performance rare à l'époque pour un tel véhicule. Le 0-100 est quant à lui annoncé pour 7"8 et le km départ arrêté en 27"4. Très au point techniquement pour son temps, l'Espada dispose de quatre roues indépendantes et de quatre freins à disques.

En 1970, la Série II, plus connue comme 400GTE, développe 25 ch de plus, soit 350 ch, grâce à une augmentation du taux de compression à 10.7 (9.8 sur la Série I), comme la Miura S. La planche de bord est revue et abandonne l'original dessin hexagonal des cadrans. A l'extérieur, la 400 GTE abandonne le masque ajouré noir sur la vitre verticale arrière qui devient totalement transparente.

Au salon de Turin 1973 apparaît la dernière évolution, la Série III avec quelques retouches à l'avant et à l'arrière, et surtout une toute nouvelle planche de bord orientée vers le conducteur, avec des instruments plus complets, mais aussi bien plus  massive. La Série III apporte aussi des perfectionnements de la climatisation, de la direction assistée ou du freinage. Sur cette version, Lamborghini attaque aussi le marché américain avec une version automatique, équipée d'une boîte Chrysler TorqueFlite et des pare-chocs absorbants, qui seront ensuite étendus à tous les modèles en 1976.

Produite jusqu'en 1978, l'Espada sera fabriquée en 1.217 exemplaires, dont 186 exemplaires de la Série I (Mars 1968 à Novembre 1969), 575 de la Série II (décembre 1969 à novembre 1972) et 456 de la Série III (de décembre 1972 à 1978), dont 55 en boîte automatique.

L'Espada ne fut pas remplacée, mais ce type de véhicule pourrait bien faire partie des pistes d'extension de la gamme Lamborghini dans les années à venir...

Quelques belles photos d'une Serie II (Lamborghini Spa)

 

 

Pour résumer

Au salon de Genève 1968, Ferrucio Lamborghini créée l'événement en lançant l'Espada, un coupé 4 places doté du moteur V12 de la Miura. Le style est signé par le studio Bertone qui s'est inspiré du prototype Marzal, signé en 1967 par Marcello Gandini. L'allure général du concept est conservée, avec un moteur désormais placé à l'avant et des surfaces vitrées latérales au dessin plus conventionnel.

Frederic Papkoff
Rédacteur
Frederic Papkoff

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.