par Raphael Caplan

Boîte automatique pour la Quattroporte

La Quattroporte a la beauté du diable, une mécanique fabuleuse d'origine Ferrari, une aura qui échappe à n'importe quelle BMW, Audi, ou Mercedes. Mais voilà, sa transmission robotisée Duoselect génère des à-coups, incompatibles avec le confort exigé d'une limousine.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

La Quattroporte a la beauté du diable, une mécanique fabuleuse d'origine Ferrari, une aura qui échappe à n'importe quelle BMW, Audi, ou Mercedes. Mais voilà, sa transmission robotisée Duoselect génère des à-coups, incompatibles avec le confort exigé d'une limousine.

Si cette boîte s'avère efficace en conduite sportive (mode séquentiel impératif), elle s'avère en revanche perfectible quand il s'agit de cruiser, ce qu'on fait souvent aux USA. Or, c'est là le marché principal de cette beauté latine.

Aujourd'hui, Maserati apporte une solution à ce problème en dotant la Quattroporte d'une unité automatique hydraulique. Fabriquée par ZF, elle propose 6 vitesses ainsi qu'un mode séquentiel. Par rapport à la Duoselect, elle modifie légèrement la répartition des masses : 49/51% avant/arrière contre 47/53. Maserati assure que cela n'entame pas le comportement sportif de sa berline, tandis que le convertisseur de couple est censé aider la progression du moteur à bas régime. Avec des passages de rapport enfin onctueux, l'agrément en conduite courante devrait progresser. Cette Quattroporte automatique sera présentée à Detroit et commercialisée dans la foulée.

Pour résumer

La Quattroporte a la beauté du diable, une mécanique fabuleuse d'origine Ferrari, une aura qui échappe à n'importe quelle BMW, Audi, ou Mercedes. Mais voilà, sa transmission robotisée Duoselect génère des à-coups, incompatibles avec le confort exigé d'une limousine.

Raphael Caplan
Rédacteur
Raphael Caplan

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.